Extrait des Highlands

Parce que je ne voulais pas reproduire l’épisode de Yosemite, Palpatine et moi avons réservé une journée d’excursion dans les Highlands. À huit heures du matin, nous sommes montés dans un mini-car aux vitres fumés (quelle drôle d’idée dans un pays peu ensoleillé !), qui nous a re-déposés à Glasgow onze heures et près de cinq cents kilomètres plus tard. Entre temps, on s’est gavé de paysages, à travers la fenêtre, le pare-brise, l’écran de l’appareil photo et nos pupilles avides.

 

Monochrome blanc sur le Loch Lomond

 

Sur le Loch Lomond, un bateau s’enfonce dans un monochrome blanc de brume ; on dirait une estampe japonaise.

 

 

Devant les three sisters (comme en Australie, les sœurs vont toujours par trois – et par la montage), j’écarquille en vain mes yeux de moldue : la cabane d’Hagrid est toute entière recouverte d’une cape d’invisibilité.

 

Végétation à grande vitesse

 

Plus loin, Ben Nevis ne se départit pas de son bonnet de nuages gris.

 

 

L’Écosse, c’est ce pays où tu t’exclames « Ça s’éclaircit ! » lorsque le ciel devient gris clair – gris souris. La chance aussi : la pluie s’arrête et on croit même apercevoir un rayon de soleil lors de notre heure de croisière sur le Loch Ness – une apparition encore plus miraculeuse que le monstre qui, d’après le guide, pourrait être un renne traversant le Loch pour rejoindre une femelle ou bien un combo phoque + dauphin pratiquant la natation synchronisée.

 

Loch Ness

 

Notre guide est haut en couleurs ; un vrai tartan écossais. Il travaille comme guide depuis peu ; je l’imagine tour à tour comme professeur d’histoire, lorsqu’il nous raconte le massacre des McDonalds, et professeur de géologie, lorsqu’il nous raconte le pourquoi de l’eau noire du Loch Ness, noire même lorsqu’il fait beau, et la formation rocheuse du pays, bout de continent détaché de ce qui est aujourd’hui l’Amérique, sculpté à la fin de l’ère glaciaire par l’ace. Perdue dans le flot plein de pierres roulantes de l’accent écossais, je me demande quel est cet ace, avant de comprendre qu’en Écosse, on mange des ace-creams. Et puis on aime aussi beaucoup le poyet Walter Scot, moins pour ses poyems ou pour la poyetry en général que pour l’image pittoresque qu’il a contribué à forger de son pays. Je me rappelle à cette occasion que je dois toujours lire The Invention of tradition et me souviens de cette question d’une jeune prof d’anglais à la fac : aurais-je des origines écossaises ? Je ne sais toujours pas si cette remarque devait être prise comme un compliment (les Écossais sont tout de même plus anglophones que les Français) ou non (ils disputent aux Australiens le pire accent qui soit – même si les Australiens gagnent haut la main). Peut-être y avait-il une part de vérité phonétique : j’ai l’impression d’avoir eu moins de mal à me faire comprendre qu’à Londres – sauf pour ce qui est du thé, qui semble être une culture plus anglaise que britannique. D’ailleurs, pour être certains de ne pas céder à la culture dominante de l’envahisseur en vous servant un five o’clock tea, les salons de thé écossais ferment à cinq heures. Four o’clock tea, à prendre ou à laisser (vu le Tetley que notre hôte nous a servi sur l’île de Skye, c’est sans regret).

        Coucher de soleil sur la route

2 réflexions sur « Extrait des Highlands »

Répondre à florence Guillemot Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − neuf =