Avenue de Paris

         Elle a la cinquantaine. Il a également la cinquantaine, mais les paraît vraiment. Elle porte un petit tailleur rose pâle, ni layette, ni femme d’affaire stricte. Il porte un complet veston vert chiné, ni vestige d’une élégance passée, ni homme d’affaire. Ses boucles d’oreille sont évidemment des boules tressées en or ; il a toujours porté cette cravate rouge-bordeaux. Elle marche en parlant à son mari, sa main gauche retient un enfant qui crapahute sur son landeau-poussette. Il la regarde, tout en freinant l’allure nonchalante de son cycle, dont la roue est aussi fine que son visage émacié. Elle est distinguée, il est flegmatique. Un certain côté british à la française. Ils ne sont pas Versaillais pour rien.  

8 réflexions sur « Avenue de Paris »

    1. Bien vu !! Je préfère tout de même le Versailles de Coppola que celui auquel nous nous frottons tous les jours … Tro pde scouts en culottes courtes, trop de jupes plissée à carreaux !

    2. Alors là j’interviens vigoureusement pour défendre le Versaaaailles d’aujourd’hui. Pour qu’il y ait subversion, il faut qu’il y ait des interdits! Donc, vive les chignons à la Tippi Hedren, vive les scouts! Il n’y a de bonheur possible que dans une société conservatrice. C’est là le secret. Amen.

      Aurélien très catholique à ceci près qu’il ne croit pas en Dieu.

    3. Ben… au moins, quand vous vous faites aborder à Versailles, ça ressemble plus à :

      “Excusez-moi, mademoiselle, je tenais à vous dire combien je vous trouve éblouissante, vraiment.”

      qu’à :

      “Hé, mad’moiselle ! Mad’moiselle ! T’es charmante ! Hé mad’moiselle tu mréponds, jte parle ! Connasse ! J’te parle là !”

      Comme quoi, faut voir le bon côté des choses…

    4. >> Eph-K.
      And this, dear tourists, is the castle. ^^

      >> Elendili.
      N’oublie pas les serre-têtes ! Je vois moins de jupes plissées ces derniers temps… sûrement parce que je ne traîne plus aux abords du Conservatoire.

      >> Aurélien.
      J’ai un peu de mal à vous suivre. Même si, comme dirait mon cher dentiste en jetant un coup d’oeil à son rideau immaculé brodé de lys blancs, “Versailles, c’est une réserve d’indiens.”

      >> Teckel.
      Genre quatruplés ?

      >> Aleks.
      That’s for sure ! Je préfère mille fois la désuetude charmante des Versaillais aux manières sans manière des beaufs. Ne t’inquiète pas, je sais ma chance d’habiter dans ce cocon royal.
      [ Et puis, c’est si amusant de voir la tête des vieilles dames lorsque tu te ballades en minijupe.]
      [ Pour le “T’es charmante !”, tu es même un peu optimiste sur le vocabulaire!^^]

    5. Tres chere, les touristes n’appellent pas ca ‘the castle’. C’est ‘the palace’. Ya que les Versaaaaaaillais qui ne sont pas fichus d’en apprecier la vraie valeur! (bouhh Versaillaise!!!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + 17 =