Ça en i: long

Au premier semestre, ma prof d’anglais m’a demandé si j’avais de la famille écossaise. Pas à cause de mon nom – breton et non British – mais de mon accent. Je ne savais pas trop si je devais me réjouir (d’avoir un accent du monde anglophone identifiable) ou m’inquiéter (que ce soit précisément cette partie-là du monde anglophone). Et pourquoi pas des origines australiennes, tant qu’elle y était ? Le Mémento de phonétique anglaise que j’ai piqué (avec autorisation) à mon stage vient de m’apprendre pourquoi au bout de trois pages : « Une réalisation de voyelle pure sera caractéristique d’une certaine affectation de langage, ou bien d’un accent écossais, car dans cette variété d’anglais, ce son est plus bref et plus tendu qu’en anglais “standard”.» Et sheet [shit] (of paper).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × quatre =