En un cours de danse…

… j’ai éliminé toutes les viennoiseries et chocolats chauds de la semaine, ce qui n’est pas peu dire avec des profs qui vous coachent au point de vous en offrir tous les jours. Rassurez-vous, j’ai rapidement rechargé les batteries avec un part de pudding et un coca. 

… je me suis rappelée que j’avais encore plus de progrès à faire qu’en latin et que j’avais un en-dedans absolument remarquable.

… je me suis aperçue que les neurones connectaient mieux en oraux que pour retenir des exercices alambiqués, montrés une fois puis jetés en pâture aux choses dégoulinantes que nous sommes – baigner dans son jus et perdre pied.

     Aux grands jetés (avec une barre assez peu stable), je me suis demandée si j’allais survivre. Et à la fin de la barre, je me suis rappelée soudain avec horreur qu’après la barre, c’est le milieu. Et entre deux exercices bâclés, des petits machins blancs venaient danser devant mes yeux. Non, y’a pas à dire, c’était beau. La tunique était presque autant à essorer que lors du stage que j’avais fait un été dans les locaux du cnsm de Lyon (une quarantaine de filles dans le studio, sous les toits).

     C’était le post sans intérêt aucun avant les résultats de demain « vers midi trente ». Je répondrai à vos commentaires après – superstition un peu stupide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze − 8 =