Expressions canadiennes… ou le plaisir d’un autre français

     Plus français que les Francais !
C’est la même langue et pourtant ! … par l’accent et par les expressions idiomatiques, la conversation peut vite tourner au quiproquo. Petite revue de détail (je vous épargne tout de même le char, le tcheum et les gosses) :
– Le dîner est servi à midi. Non que les journées soient décalées mais le repas du soir est le souper (et le petit-déjeuner s’appelle le déjeuner). Je vous laisse imaginer la tête des gens lorsqu’on leur a annoncé qu’on irait faire une excursion en motoneige et dîner dans la pourvoirie voisine !
Bon matin ! Les canadiens sont d’une logique implacable.
– A « merci » on ne répond pas « de rien » mais « bienvenue ». Ce qui laisse déjà entrevoir la grande générosité et chaleur de nos amis du grand nord.
– Notre guide trouvait que les motards en Harley Davidson se pétent les bretelles. Comprendre qu’ils se la jouent.
– Leur relation à l’anglais est pour le moins paradoxale. Influencé par leur voisin, ils veulent néanmoins garder leur langue. Aussi les panneaux stop sont-ils devenus des « arrêts ». Mais en même temps, les mots anglais envahissent la conversation.
Le musher (chef des chiens de traîneau) avant de nous confier les attelages : si on veut s’moquer, c’est maintenant. Parce qu’après on se fait traîner par les chiens ? *regards angoissés* En fait pas du tout. On devait juste ne pas smoker, de smoke, fumer.
De même on va shoper (pas choper, comme la phonétique laisse planer le doute) et non faire du shopping. On ne marque pas un but mais on score.
La règle, c’est le mot anglais francisé, après on décline.
– J’espère que jusque là vous ne trouvez par l’article trop plate, c’est-à-dire ennuyeux.
– Les hommes portent aussi des bas puisque ce sont des chaussettes. Les moufles deviennent des mitaines, les moufles canadiennes étant des cache oreilles et nos mitaines étant désignées par « des gants pas d’doigts ».
C’est correct… pas le code de votre CB mais une façon de dire « c’est bon ».
– Vu aussi lors de mon précédent voyage, les panneaux « Pieds pesants, ralentissez » « Les angles morts, voyez-y »

      Autant vous dire qu’on a fini les soirées avec le dictionnaire. Pas le Petit Larousse, comme l’aurait voulu Crevette mais avec un dico français et canadien qui donne les subtilités des deux langues.
Nous avons aussi vu Garfield doublé en canadien et c’était pas mal drôle.
La note est finie, j’ai fait ma job.

Alors, c’est à votre goût ? (question rituelle au restaurant)

16 réflexions sur « Expressions canadiennes… ou le plaisir d’un autre français »

  1. pour le coup du dîner et du souper, ça marche aussi dans mon pays natal, la Bresse profonde…
    sinon, pour avoir un bon aperçu de la parlure québécoise, faut écouter les tounes des Cowboys Fringants, c’est un crisse de bon band !! 😉

    1. pour “bienvenue” c bien sûr un anglicisme (L)
      j’ai une friend au canada, le jour où elle m’a phoné j’ai bien ri..(Eliza si tu passes en cliquant…)

    2. @ Eph-K

      Pour le coup du dîner et du souper, c’est idem en Belgique (et, je me demande si ce n’est pas aussi le cas en Suisse). Finalement, il n’y aurait que les français pour ne pas faire comme tout le monde… 🙂

    3. C’est trop bien,j’ai était voir tetesàclaques.tv c’est super drôle!!c’est même grace à sa que j’ai eu envie de connaître un peu quelque expression canadienne parceque c’est sympa d’aprendre des nouvelles chose!!

    4. C’est trop bien,j’ai était voir tetesàclaques.tv c’est super drôle!!c’est même grace à sa que j’ai eu envie de connaître un peu quelque expression canadienne parceque c’est sympa d’aprendre des nouvelles chose!!

    5. Chai pas mais moi j’habite en France (bon ok, à côté de la suisse, en Haute savoie). Mais chez moi le “petit-déjeuner” on appelle ça le déjeuner, le midi on donne pas souvent d’nom & le soir c’est on soupe …

    6. Pour le déjeuner, le diner et le souper, c’est même chose en Belgique. On déjeune le matin, dine à midi et soupe le soir. C’est d’ailleurs plus logique que de dire “petit déjeuner”. Vu que déjeuner veut dire “arrêter le jeûn”. Ben oui, la nuit quand tu dors, tu ne me mange pas en principe et donc, le matin tu arrête de jeune, c’est-à-dire tu “dé-jeûn” (déjeune) et non pas “je petit-déjeune au matin”. C’est même pas un verbe. Et vous manger 4 fois en France puis que vous prenez le “petit déjeuner”, le déjeuner, le diner et le souper. Pas nous en Belgique et au Canada.

    7. En voyant un énième commentaire sous cet article, j’ai un un mouvement de rejet… mais je dois dire que l’étymologie du “déjeuner”, à laquelle je n’avais jamais songé, me plaît beaucoup. Peut-être l’illogisme français a-t-il une raison historique, comme, je ne sais pas… peut-être le fait que le “petit-déjeuner” longtemps n’a pas existé en tant que tel (les consommations spécifiques comme les céréales sont apparues tardivement, et ont mis du temps à se répandre, notamment dans les campagnes, où le premier repas du jour avait la consistance de ce qu’on nommerait maintenant un “déjeuner”) et que ses apports énergétiques sont “petits” par rapport au repas traditionnel… ou alors on ne déjeunait pas en se levant, mais seulement à midi ? Ou alors, notre langue souffre simplement d’illogisme.

      On ne mange cependant pas quatre fois en France, le soir, on se contente de dîner. Le souper, c’était davantage à l’époque où l’aristocratie avait besoin d’une collation en sortant de l’opéra… S’il faut trouver une quatrième occasion de manger (ce que je ne manque pas de faire), c’est du côté du goûter qu’il faut se tourner. ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − trois =