J’ai testé pour vous la thalassothérapie

Enfin pour vous, c’est une façon de parler…
Retour deux semaines en arrière, à Bandol. 

 

Je n’ai rien contre l’idée de me faire tripoter, mais me faire tripoter avec des trucs gras qui sentent les fleurs me disait nettement moins. Il m’aura donc fallu attendre de me voir proposer un massage à l’eau de mer pour me laisser tenter et tester la thalassothérapie – qui n’a rien d’une thérapie. Rétablissons un peu la vérité.

 

L’hôtel

Autant d’étoiles que les doigts de la main. Inutile de regarder furtivement votre main pour vérifier si le pouce n’est pas parti en stop ou si l’auriculaire n’est pas resté fiché dans l’oreille, cela fait cinq. Aucune dorure, cependant : du métal, du verre et de la lumière, même dans les marches d’escaliers. Inutile pour autant de regarder le prix des chambres, et surtout pas celles avec vue sur mer (parce que pour 300 €, vous ne pensiez tout de même pas voir autre chose qu’un mur, j’espère), vous n’êtes ici que de passage.

 

Le peignoir

Cachez ce maillot de bain que je ne saurais voir. Vous êtes en thérapie, pas à la plage. En enfilant le gros peignoir blanc moelleux alors que j’ai la peau tout à fait sèche, j’ai l’impression de tricher, comme si je faisais semblant d’être malade pour sécher les cours et rester traîner à la maison en robe de chambre. C’est que le peignoir est là pour faire de vous un malade imaginaire et vous ôter toute potentielle culpabilité quant au plaisir que vous allez prendre : ce n’est pas un caprice, vous en avez besoin. Si vous le dites, cher judéo-chrétien.

 

Les bains

Le parcours marin n’a strictement rien à voir avec un parcours du combattant : baignoire à jets, bulles, jacuzzi, mini-cascade qui tombe sur les épaules… c’est un Central Park pour adultes. Les jets ne stimulent pas que la circulation sanguine, si vous voyez ce que je veux dire – même si le truc le plus jouissif reste le massage du dos par un jet puissant qui monte et qui descend, provoquant une réelle détente. Vous avez la chair tendre quand vous sortez de là.

 

Le sauna

C’est une minuscule pièce surchauffée par des cendres sur lesquelles Mum, en experte, jette un peu d’eau. J’y vois surtout une vague tentative de sa part pour se débarrasser de moi en me transformant en souris d’agneau. Rôtie à point sous couvert de je ne sais quelles vertus sudatoires, exfoliantes, régénérantes… Peut-être bien qu’il s’agit d’une thérapie, après tout.

 

Le hammam

C’est une autre minuscule pièce surchauffée, mais humide celle-là. C’est comme une inhalation géante. Sauf que vous n’êtes pas enrhumé. Et que ça ne sent pas la menthe. Des nuages de gaz vapeur tombent du ciel étoilé et j’imagine vaguement le supplice des personnages de films dont on plonge la tête sous l’eau pour qu’ils passent aux aveux. J’avoue : je n’ai pas la fibre orientale, je suffoque.

 

La tisane

Tisane minceur. Genre vous êtes là pour vous prendre la tête et maigrir. Je lui préfère la tisane sérénité, qui n’a en fait que pour seul but de vous réhydrater après le coup de chaud du combo sauna-hammam et de vous faire pisser éliminer.

 

La salle de repos

Épuisé de n’avoir rien fait (quoique, c’est épuisant de se lever pour aller écluser la tisane),une douzaine de transats vous attendent, alignés face à une gigantesque baie vitrée offrant une vue imprenable sur l’autre baie, celle de la mer. Il y a des galets, des serviettes sur les transats et les deux voisines chuchotent comme dans une église. J’attrape un magazine du Monde et me dépêche de lire l’interview de Nicole Kidman avant que ce ne soit l’heure des soins. Peut-on vraiment soigner la paresse qui s’empare de vous alors que vous contemplez les petites vaguelettes grises, neutres, reposantes, d’une Méditerranée aux couleurs de la Normandie ?

 

Le soin

Comment vous expliquer le modelage sous l’ondée marine ? Vingt-cinq minutes durant, des jets d’eau chaude coulent le long de votre colonne vertébrale et deux petites mains vous pétrissent comme de la pâte à pain de la tête aux pieds – des pieds jusqu’à la nuque, pour être exacte. Avec une huile essentielle de cèdre, qui vous fait sentir comme un embauchoir géant qui prend son pied. Vous essayez de ne pas couiner de plaisir et faites des plans sur la comète pour bénéficier de ça après chaque cours de danse. Un monde sans courbatures…  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze + 4 =