Longue et courte vue

Le sursis de dix mois a pris fin, j’ai fait exécuté mon ordonnance. Trouver des lunettes papillons qui ne me donnent pas l’air d’une grosse mouche n’a pas été sans mal. A vue de nez, les Max & Co étaient parfaites, tout à la fois classiques et délurées, ce qui ce traduit dans le langage palpatinien par « bizarre » (d’une efficacité redoutable quand le modèle en balance se trouve affublé du même adjectif – et là, c’est comment ? – Encore plus bizarre.). Lorsque je les ai chaussées chez l’opticien, pourtant, les lunettes des présentoirs sont venues m’assaillir comme une nuée de moustiques. Je me suis pris une demi-dioptrie dans la vue. Dehors, dans les rues ivres, un ver de terre venu du Japon, géant et souterrain, s’amusait à secouer l’asphalte comme une couette à aérer. Dans les jours qui ont suivi, le monde trempait dans un aquarium, noyé dans une goutte d’eau prise entre deux lamelles, tremblotant entre des contours incisifs de microscope. Bien que l’automne laisse déjà sentir l’hiver, les platanes avaient à nouveau des feuilles : plus de boule verte conceptualisée sous le nom d’ « arbre ». Joie. Bon, j’avais l’impression d’être dirigée par Aronofsky à chaque fois que j’allais aux toilettes et j’appréhende encore un peu le matin de me faire agresser par le monde mais les silhouettes ont retrouvé des visages – mon horizon s’élargit.  

3 réflexions sur « Longue et courte vue »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 + 16 =