Ne pas se Barber en concert

(Pleyel, vendredi 30 septembre, orchestre de Radio France)

Palpatine voulait aller à Pleyel. Moi, je voulais aller au cinéma, un truc avec des images et une intrigue facile à suivre quand on est fatigué. J’ai ronchonné devant l’affiche, pensant Berg en lisant Bartók, mais la constatation que toutes les séances avaient commencé et un pudding plus tard, j’étais disposée à tendre l’oreille. 

Clic-clac Kodály, voici les Danses de Galánta. Cette fois-ci, j’avais substitué “valses” à “danses” (fatiguée, je vous dis, trois heures trente de cours sur la tuberculose du fondateur du Seuil, c’était tuant). Du coup, j’ai rapidement dû prendre une gomme pour effacer les lustres de mon image mentale et j’en ai profité pour astiquer les parqets marquetés d’un même mouvement. Je ne savais pas trop quoi faire avec mes meringues viennoises, alors j’ai coupé le bas de leurs robes froufroutantes. Déjà mieux. Mais voilà que surgit une danseuse pieds nus au milieu des couples qui s’écartent. Je fais se déchausser tout le monde. J’hésite à faire sortir les militaires, la salle de bal a laissé place à une pièce de Pina Bausch. Ils resteront tout de même, je reconnais maintenant la danseuse aux pieds nus pour être une tzigane. Les archets attaquent, les murs tombent. Danses, danses. 

Précipité, on déménage à New York. Dans un immense studio aux baies vitrées qui donnent sur la nuit décolorée. Le concerto pour piano de Barber, ce sont les volumes de Hopper, la mélancholie en moins. Il fait nuit, forcément, parce qu’on est en retrait du monde mais pas recroquevillé, simplement en décalage, comme dans la brèche où l’on s’installe lorsque l’on veille alors que tout le monde dort – cette brèche nocturne où les choses et les sons prennent un relief particulier, plus nets de n’avoir pas été émoussés par la lumière et le bruit des jours. Glaçons qui s’entrechoquent dans un verre, moments planant comme un goéland, violons nerveux d’être tâtillonnés par les archets : c’est exactement comme ça je me me sens.

Bonjour, comment allez-vous ?
Concerto pour piano de Barber.

Le pianiste est géant. Non seulement, Garrick Ohlsson doit baisser la tête pour passer sous la porte et arbore un sourire de gros ours sympathique comme Laurent, mais en plus bis il secoue Chopin comme une bouteille d’Orangina. Ses doigts retardent les notes, sans les étirer, mettent le spectateur en suspens, retiennent les notes puis les précipitent en une danse fringante. Cela me fait penser à Myriam Ould-Braham dans Suite en blanc ou à Mathilde Froustey dans le Grand pas classique d’Auber : des échappés ou des relevés d’acier, tenus jusqu’à la limite extrême de l’amusicalité et enchaînés avec agilité juste à temps, juste sur le temps, avec une maîtrise confinant à l’insolence. Quand la technique a la classe, et qu’elle se joue d’elle-même, voilà : le phrasé, me dit Klari. Rudement bien ponctué, les points sont sur les hiiiiii.

Le concerto pour orchestre de Bartók est juste toqué comme il faut, avec la baguette coton-tige de la percussion qui joue à pigeon-vole. Pour ne pas trop avoir l’impression d’assister à un match de tennis entre alto et violon, je délaisse un peu l’altiste solo au catogan, que je verrais bien en costume d’époque XVIIIe, pour la beauté médiévale de la violoniste que j’avais déjà tant apprécié la dernière fois. À mon regret d’être trop impair pour ne pas la voir de face, succède la satisfaction de pouvoir la regarder sans en commettre. Pas de risque de la dévisager de dos, je ne vois pas même le début de la tresse qui ceint asymétriquement sa tête, ainsi que je le découvrirai au salut où j’essayerai de lui envoyer mon plus beau sourire de remerciement comme si c’était une gerbe de fleurs. Le coude bien relevé comme une danseuse de flamenco, l’archet met en tension toute sa colonne vertebrale jusqu’à la nuque, que la musique agite et renforce tout à la fois. Avec elle, je peux voir la musique incarnée comme si c’était de la danse tandis que son voisin avachi me semble en contradiction totale avec ce que j’entends, comme un coup de klaxon en plein concerto.

Je pourrais dire de ce concert que j’en suis ressortie toute retournée mais cette image aurait été honteusement suggérée par la calzone que je me suis enfilée ensuite (après le pudding, donc) en compagnie de Klari, Serendipity et Palpatine. Fameux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + seize =