Que le khâgneux a foi dans les mathématiques

Le khâgneux passe un concours improbable, i.e. subjectivement impossible.
Mais comme il sait qu’il a mathématiquement une chance, objectivement calculée à partir du nombre de khâgneux de France et de Navarre et du nombre de places à pourvoir, il continue.
Le kâgneux se vautre dans son amour des lettres pour quelques chiffres hermétiques.
C’était une démonstration hautement transcendante, je vous l’accorde.

[ Je ne vous ferai tout de même pas l’affront de démontrer que le prépateux commercial a foi dans les lettres – hormis celles de motivation.]  

2 réflexions sur « Que le khâgneux a foi dans les mathématiques »

    1. Alors il faudrait nuancer les probabilités à l’aide des statistiques de chaque prépa lissée sur plusieurs années. Dans la nôtre, on avait assez peu de chances, ce qui a fait dire à une amie : “mais le concours, moi je croyais que c’était juste une légende…”
      Et le jour du vrai concours, nos surveillants étaient perplexes devant notre hilarité. Beaux souvenirs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 − 2 =