Un coup de khûbe n’abolira jamais le hasard

 

        C’est le vice du jeu, j’ai repris un ticket de loto – avec un peu de chance je pourrai aller déguisée en poussin jaune crier « au revoir, au revoir, examinateur ! » .

Entrée dans la troisième dimension, donc. Reste à espérer qu’après avoir parcouru les polys en long et en large, la profondeur sera toute métaphorique : aucune envie de m’enfoncer et de continuer à creuser. La profondeur est une illusion en ce qu’elle n’est que le réagencement des deux autres dimensions, conjonction de différents points de vue sur la longueur et la largeur. Les kharrés feraient bien de lire et de ne rien comprendre à ma façon à Merleau-Ponty : ils verraient que le khûbe, ce n’est qu’un khârré un peu secoué. A les voir nous écouter, on dirait qu’ils attendent la parole du messie. Ou comment en répondant le jour de la rentrée à une innocente question comme « est-ce que tu as plus travaillé en khâgne qu’en hypo ? », on se retrouve encerclé. Petite khûbe au milieu, voilà la quadrature du cercle.

 

            Les premiers jours, j’étais en visite. Retrouver le Vates, ne pas trouver Melendili, arriver toujours aussi essoufflée en haut des marches, dire bonjour aux professeurs, remplir des petites fiches comme on a fait des tests dans les magazines, entamer plein de copies double à la fois pour noter un titre et une introduction. Ne pas relire, regarder par la fenêtre, oublier son stylo, des feuilles, son livre, sa trousse – en touriste.

            Puis la visite guidée m’a lassée, sale gamine qui traîne les pieds, ronchonne et s’attarde dans la boutique-souvenirs tenue par un certain Gibert plus très jeune, avant de se ruer à table (autem la sentence divine de la jardinière de légumes n’est pas tombée).

            Enfin il y a eu les subtilités de Descartes pour me titiller les neurones en grève larvée, et Melendili pour mettre les questions existentielles à plat pendant qu’on allégeait l’autre de sa tarte aux poires. Et depuis, il y a les délires de la Bacchante en cours de français, les brouillons qui se multiplient dans les environs de mon bureau, les sourires échangés en passant avec Piperata puella, qui porte décidemment bien son surnom, les cours qui s’empilent – un regain de motivation en presse-papiers.

 

Bien sûr dans la troisième partie de notre prépa comme dans celle de nos dissertations, il y a toujours du pour et du contre :

 

Un jour on extrait de cinq pauvres mots « Omnia communia amicorum sunt » une demi-douzaine de traductions, en regrettant l’interminable discours indirect libre qur lequel on s’est magistralement planté à l’oral.

Le lendemain, on a la plume qui sautille de joie d’avoir enfin compris en plein milieu d’un texte sur les devoirs (acrobatiquement rattaché au thème de l’amour par le biais de l’amour de la patrie) qu’aucune personne errante ne prend feu mais qu’il s’agit une comparaison : on aide l’autre si cela ne nous porte pas préjudice, comme on rallume la torche d’un inconnu qui s’est paumé sous la pluie en appliquant la technique des bougies de gâteau d’anniversaire –il est beau, l’esprit olympique.

 

Un jour on sait d’avance quelle blague Mimi va nous sortir.

Le lendemain… soit on se satisfait des variations, soit on ne vient plus en cours. Il faudra se fendre d’une lettre à la proviseurE pour obtenir l’autorisation spéciale. Eh oui, on passe presque tous ses caprices au khûbe – et ceux des féministes de pacotille qui écorchent les règles du français dès les premières phrases d’un discours de rentrée, devant une assemblée de profs, de français inclus.

 

Un jour on n’a pas bien suivi l’explication de texte d’anglais – et pour cause, il aurait fallu le préparer.

Le lendemain, on s’aperçoit de son idiotie en se demandant si le « clergyman » qui fait sa demande en mariage à l’admiratrice secrète de Darcy est un « prêtre » ou un « pasteur »…

 

Un jour, on blogue pour raconter son khûbage, demain, on se dira qu’on n’aurait pas dû. Ah ! le conditionnel et l’irréel du passé… ils nous auraient presque manqué.

9 réflexions sur « Un coup de khûbe n’abolira jamais le hasard »

    1. “Plus les choses changent, plus elles restent les mêmes.”

      Et bien si j’avais un blogounet, je raconterais mes premières inscriptions pédagogiques … FAC = JUNGLE, mais Zed s’y collera sûrement ^^

      à quand la prochaine part de tarte existencielle ^^ Le muffin, c’est plus métpahysique ^^

    2. “Plus les choses changent, plus elles restent les mêmes.”

      Et bien si j’avais un blogounet, je raconterais mes premières inscriptions pédagogiques … FAC = JUNGLE, mais Zed s’y collera sûrement ^^

      à quand la prochaine part de tarte existencielle ^^ Le muffin, c’est plus métaphysique ^^

    3. YANNICK s’y collera, zED est mort (je crois), il est temps de changer de pseudo… “Dans le réel”, je ne pourrais pas décemment t’appeler purplemood.canalblog.com…

      Sommes nous les enfants de l’internet ? Il faut croire.

      Chère Au… Mimy, (OU BIEN cher estomac khâgneux), ne désespère pas pour la traduction de “omnia communia amicorum sunt”, je ne suis plus très loin du Collège de France (spatialement, évidemment), j’irai demander à un docteur ès latin… (Mais à mon avis, la traduction est bien “Faites vite chauffer les saucisses de Strasbourg pour nos amis”)

      See you mox.

    4. Je vois que ton inspiration bloggesque n’est pas très prolixe pour le moment (manque de motivation, procrastination aigüe ou tout simplement : manque de temps ?)

      Sujet de conversation numéro 1 avec d’ex (h)k de La Bruyère croisés à PIV : AU***** ! Merci à toi, donc, de permettre de briser la glace !

      VALKE !

    5. Bon courage à une valeureuse khûbe… de la part d’une khârrée déjà fermement décidée à ne pas khûber (parce que sinon, avec le dicton “jamais deux sans trois” on se retrouve trop vite bikhâth, mot dont l’orthographe m’échappe d’ailleurs).
      Mais, ô grande khûbe, vous avez toute la vénération des nouveaux KH innocents pour vous soutenir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 + 15 =