Aparté #5

13 juillet. Le générique de Papillon défile encore à l’écran que les premières explosions retentissent. En deux trois mouvements, nous sommes sur pied, je laisse Palpatine derrière moi fermer la porte, je suis dans la rue et je cours sans me retourner, certaine qu’il me suit. Après une soirée canapé, les jambes exultent ; je sens ma veste quadrillée me tomber des épaules et je secoue les bras pour l’enlever pour de bon, sans ralentir ; je me vois courir, pour ainsi dire – une image de bonheur cliché les cheveux aux vents, même s’ils étaient selon toute probabilité attachés. C’est si rare de ne pas courir après le RER, le métro, la séance ciné, le temps – de courir parce qu’on en a envie, parce qu’il y a une excitation, une attente.

Forrest Gump s’arrête au coin de la rue suivante : feu rouge et attroupement le nez en l’air. On cherche une place entre les arbres, qui masquent la vue, et les lampadaires, qui l’atténuent. J’ai toujours aimé les feux d’artifice, surtout ceux des villes moyennes, dont les moyens limitent la débauche de fusées simultanées et les nouveautés trop colorées. Je voue un culte tout particulier aux palmiers dorés – les courts, qui me rappellent les palmiers scintillants fichés dans les coupes glacées, qui, pourvu que ma coiffure s’y prête, finissent irrémédiablement dans mes cheveux après avoir été d’un coup de langue débarrassés des restes de chantilly ; et les longs, qui, de palmiers, se transforment en saules pleureurs. J’aime aussi les escargots-escarbilles dorées qui tourbillonnent-tire-bouchonnent et les explosions monochromes, qui me donnent toujours l’impression d’être projetée dans une autre galaxie (comme le faisaient les vieux fonds d’écran étoilés). Plus encore, j’aime les détonations qui résonnent dans ma cage thoracique et les bras inattendus qui l’entourent. 

*
*     *

Le lendemain, tôt pour un jour férié mais tard pour avoir de bonnes places, Palpatine et moi arrivons sur les Champs Élysées. C’est la première fois que je me déplace pour assister au défilé. Les premiers rangs sont bondés et la file d’attente pour constituer les suivants est déjà longue : on ne verra rien. Je grimpe sur une grille en fer forgé ; le rebord n’est pas grand, mais en se tenant bien, on passe par-dessus les badauds, au même niveau que les enfants sur les épaules de leurs parents et les selfie sticks qui, brandis en l’air, ressemblent à des perches de prise de son (on verra d’ailleurs passer un périscope !). Sortant un brassard de sa poche intérieure, un flic en civil nous demande de descendre ; ils sont tellement reconnaissables avec leurs costumes noirs qu’on se dit qu’il sera facile d’échapper à leur vigilance. Et bingo, une fois le Président passé, on peut remonter. Mais on ne le fait pas tout de suite : les régiments stockés devant nous n’avancent pas ; les plumes volètent et les casques s’inclinent pendant que les têtes en dessous échangent quelques mots.

Il y en a aussi qui ne défilent pas, mais déambulent en uniforme sur le trottoir. Je n’ai jamais été très sensible au prestige de l’uniforme (sans doute vaccinée par un beau-père dans la marine militaire), mais force est de constater qu’il y a du beau mec. Palpatine saisit ses jumelles à chaque soupçon de chignon-Famas, trouvant là le paradigme d’un fantasme exercé au rabais le reste de l’année par les ouvreuses et hôtesses de l’air. Soit dit en passant, il serait urgent que les femmes militaires fassent un stage à l’Opéra, parce que les crottes qui leur servent de chignon m’ont passablement traumatisée. Je compte sur mon amie O., pilote d’hélicoptère dans l’armée, pour leur donner une formation en interne. Mais elle avait déjà fort à faire, je me souviens, pour transmettre à ses camarades la synchronisation requise par une marche au pas – les alignements, voilà encore une chose que corps d’armée et corps de ballet ont en commun.

On retrouve d’ailleurs dans l’attente du défilé le même mécanisme que lorsqu’on espère des places de dernière minute : l’attente s’exacerbe d’elle-même et, d’y investir du temps, on se prend à désirer grandement ce qu’on n’était venu chercher qu’en passant. Je ne suis pas certaine que l’on aurait autant profité du défilé si l’on n’avait pas été si inconfortablement accroché à notre grille, développant au passage une certaine solidarité avec avec notre jolie voisine (elle a défendu ma place auprès d’un jeune touriste ayant pensé qu’il pouvait se glisser là alors que nous attendions depuis près d’une heure). 

Avant et après les hommes : les machines. Autant les blindés m’ennuient (je me suis éclipsée à ce moment-là pour aller prendre mon cours de danse), autant les avions me font invariablement sautiller sur place en agitant des mini-bras repliés contre moi. Déception, cependant : ils ne passent qu’une seule fois. La répétition des jours précédents, où ils surgissent et ressurgissent à l’improviste, est au final bien plus excitante. Là ! là ! On guette les rafales1 comme à Tadoussac les jets de baleine et les réactions sur Twitter permettraient presque de les géolocaliser. On ne s’arrête qu’après avoir couru une énième fois à la fenêtre… pour n’y trouver qu’un véhicule un peu trop bruyant (souvenirs des débuts où l’on se rue sur son téléphone après qu’une mobylette a fait vibrer le meuble sur lequel on l’avait posé).

 *
*     *

Le soir, feu d’artifice à la télévision. Malgré les moyens déployés et les fusées qui serpentent autour de la Tour Eiffel, je m’ennuie. Il y a quelque chose d’affreusement kitsch2 à masquer le bruit des explosions sous la musique d’un sons-et-lumières. Qu’on le veuille ou non, le plaisir du feu d’artifice est intimement mêlé à l’effroi des détonations. Il n’y a qu’à voir les chiens apeurés et les jeunes enfants terrifiés pour s’en persuader : ceux qui ne savent pas que ces bruits de guerre résonnent dans la quiétude d’un état de paix ne peuvent pas s’extasier devant ces menaces de mort parties en paillettes et fumées.


1
Ou autre avion de chasse. Un rafale, pour moi, c’est comme le sopalin : un générique.
2 Voir aussi cet article sur la disneylandisation du 14 juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 5 =