Un sujet en or

1944,

J’ai cessé de compter téléfilms dont le résumé commence ainsi dans le programme TV. On dirait un mème : comme #IvreVirgule, #1944Virgule. Forcément, il devient difficile de se renouveler. Il faut biaiser, prendre de nouvelles perspectives. Après Monument Men, Woman in Gold / La Femme au tableau aborde la seconde guerre mondiale à travers les oeuvres d’art volées par les nazis – avec un peu plus de recul si l’on considère que l’histoire s’ancre des décennies après les faits, lorsque Maria Altmann, dépouillant les affaires de sa défunte soeur, se met en tête de récupérer le tableau qui représente leur tante et qui n’est autre… que le portrait d’Adele Bloch-Bauer de Klimt !

La bataille pour la restitution du tableau devient une quête hollywoodienne de justice, laquelle n’échappe à la grandiloquence que grâce à l’interprétation très juste d’Helen Mirren. Maria est secondée par Randol (Ryan Reynolds), avocat inexpérimenté (au égard à la sur-spécialisation du domaine) ; d’abord motivé par le prix estimé du tableau en question, il finit par se sentir investi d’une mission et devient le soutien indéfectible de la vieille dame. Leur binôme, qui marche d’un pas décidé mais claudiquant, n’est pas sans rappeler le duo formé par Philomena (Judi Dench) et Martin (Steve Coogan) dans Philomena, entre mines ahuries et remarques tendrement cinglantes.

C’est bardé d’humour et d’humanité que le film se frotte à un passé qui ne passe pas et à une société autrichienne1 qui en porte encore les stigmates. Ce n’est pas tant le thème de la résilience qui est abordé que celui du souvenir. Toute l’ambiguïté du souvenir est résumée par le reproche de Maria à Randol : “The young especially don’t remember.” Mais comment se souvenir de ce qu’on n’a pas vécu ? Les scènes d’époque visant à (r)animer le passé sont l’indice de la difficulté, qu’elles escamotent ; à croire que sans elles, le film n’aurait pas trouvé son assise émotionnelle, son souffle mélodramatique. Il est un peu triste d’avoir pensé que, sans la jeune Maria campée en toute beauté par Tatiana Maslany2, le spectateur n’aurait pas été ému par les rides infiniment expressives d’Helen Mirren – on a d’ailleurs si peu foi en notre empathie que l’on a pris soin de gommer ses rides sur l’affiche du film, comme s’il ne pouvait y avoir d’héroïne âgée. Peut-on parler du passé et de son influence sur le présent si l’on considère qu’il y a de la répugnance à s’identifier à une femme plus âgée que soi ?

L’incarnation d’Adèle par la sublime Antje Traue est empreinte du même soupçon de déception : n’était-il pas suffisant que le tableau devienne un objet que l’on se dispute pour un symbolisme qui n’a rien d’artistique ? A-t-on si peu foi en l’art qu’il faille recourir au bon sentiment (certes en partie désamorcé par l’humour) ? C’est efficace, ça oui ; efficace comme un expédient : vite, vite, récupérons le tableau pour ne pas le regarder, commémorons pour pouvoir oublier. 

Mais tout cela va dans le sens de l’histoire. J’attends maintenant qu’on s’attaque à la question du vol des tableaux par les Russes. Curieusement, quand on est vainqueur, on peut réécrire l’histoire et poser tranquillement dans l’Hermitage un panneau expliquant que “these paintings were found during WWII” (il a peut-être été retiré depuis, mais il y était quand je l’ai visité il y a une dizaine d’années).

 

1 Le plaisir d’entendre parler allemand… quelle belle langue, tout de même !
2 Surprise de découvrir que l’acteur qui incarne son mari jouait dans The Riot club (du coup, j’ai admiré l’habileté avec laquelle le réalisateur fait en sorte qu’il n’ait jamais à ouvrir la bouche – sauf pour une réplique de trois mots).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × 5 =