A Clockwork Orange

You can’t eat the orange and threw the peels away – a man is not a piece of fruit, protested some salesman not long before his death. 

C’est pourtant ce que fait Alex, le personnage d’Orange mécanique, qui tabasse qui n’a pas l’heur de lui plaire et viole qui lui plaît trop. J’ai cru que je ne tiendrais jamais le premier quart d’heure, prise du même dégoût qu’avaient suscité les premières pages de Voyage au bout de la nuit. Violent rejet. Mais tout comme on est forcé de rendre à Céline ce qui lui appartient, la glaire gloire de son style, on est obligé d’en reconnaître à Kubrick. Car ce qui est débectable, ce n’est pas tant la violence que sa gratuité : du pur spectacle. Sa mise en scène est virtuose – à vomir mais virtuose. Virtuose parce qu’à vomir. On massacre en bowler hat et chantant sous la pluie. J’ai du mal à concilier ces clowneries sadiques avec les pitreries réjouissantes qui sont pour moi attachées à la musique du Grand pas de deux parodique de Christan Spuck, tout frais de la semaine dernière. Et cela va de mal en pis, chaque tentative pour s’abstraire du spectacle nous y enlise davantage, comme lorsque Alex, « soigné » par a brave new world, est exhibé sur scène, en proie à la souffrance de ne pouvoir être tenté par le sexe ou la violence sans être terrassé par la nausée. Le spectateur, oppressé comme une vulgaire orange, n’y échappe pas : il est voyeur, et ne peut fermer les yeux, à l’instar Alex dont les paupières sont maintenues ouvertes par des crochets pendant le traitement – avec le prix de la place et la rangée de spectateurs à déranger dans le rôle des crochets. Si je n’avais pas été au cinéma, je n’aurais jamais pu voir ce film jusqu’au bout. J’ai d’ailleurs encore du mal à comprendre qu’on puisse s’infliger ça plusieurs fois. À moins qu’on s’y habitue, comme on s’habitue aux horreurs du journal télévisé, parce que cela finit par devenir un spectacle avec son présentateur-récitant, ses refrains de « véritable tragédie » et son pathos. Il faut alors que ce spectacle soit consciemment mis en scène par Kubrick pour qu’on en découvre à nouveau l’horreur, avec l’horreur d’entrevoir que ce n’est pas la violence qui nous est insupportable mais son spectacle. On n’est pas sorti de la colonie pénitentiaire. Ses murs ont juste été repeints, flashy.  

6 réflexions sur « A Clockwork Orange »

    1. Vous êtes maintenant prête à regarder “Les chiens de paille” de Sam Peckinpah, puis lorsque vous serez bien entraînée, vous pourrez vous offrir une douce séance devant “Massacre à la tronçonneuse” qui est, ma foi, un excellent film gore.

      Sinon, curieuse votre réaction devant “Orange mécanique” qui est pourtant si ironique, inventif et chorégraphique.

    2. palpatine >> Sed haud humanum paene erat.

      pradoc >> Curieuse réaction, oui. C’est bien ce que j’essayais d’analyser à la fin de ce post. Je crois que c’est le spectacle plus que la violence (somme toute assez réduite en terme d’images) qui m’a crispée. La violence du rejet instinctif s’est quelque peu atténuée au fur et à mesure du film, me faut-il préciser. Peut-être que si je le revoyais, je ne vivrais pas du tout pareil le début d’avoir déjà vu la fin (et les retournements empilements). N’empêche, “chorégraphique”, curieux que vous utilisiez ce terme… mais cela expliquerait pourquoi j’ai reçu ce film directement, presque organiquement, et que la barrière de distanciation intellectuelle a mis du temps à se réactiver (j’ai l’impression de parler de SF). Une fois que l’interprétation se met en branle, c’est de suite moins violent.

    3. J’en ai vu des extraits, mais rien qui ne me convainc réellement de le voir en entier. (Sans compter que j’ai un énorme problème avec la violence/le sang montrés dans les films…) Tu crois que ça vaut la peine d’essayer de le regarder du début à la fin?

    4. Bambou >> Des extraits, c’est à peu près la pire chose que l’on puisse voir de ce film, puisque c’est sa progression qui fait qu’il n’est pas gratuit, quand bien même la violence gratuite, elle, est toujours présente (phrase d’un légèreté incomparable, on dirait un pudding). Si tu as d’autres films en tête à découvrir, j’aurais tendance à te dire de commencer par ceux-là, parce que se forcer n’est pas l’idéal. Maintenant si tu as l’occasion de le voir dans de bonnes conditions (i.e. avec quelqu’un, de préférence quelqu’un qui n’aura pas envie d’arrêter le film au bout d’un quart d’heure, et sans manger devant), regarde-le : pour prix d’avoir surmonté son aversion, on découvre quelque chose de très fort (très violent mais très intelligent).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × cinq =