Des mikados et des billes

Les mikados, ce sont les longs scotch de toutes les couleurs jetés en travers de la scène pour Rain. La chorégraphie de Keersmeaker n’en joue pas particulièrement, mais c’est une parfaite métaphore pour ce que l’on en voit de loin : des danseurs-bâtonnets qui n’en finissent pas de rebondir. Battements et bras tendus devant, équilibre en quatrième, battement seconde pied flex, grand plié première grenouille… ça grouille dans tous les sens sans pour autant créer un pullulement à la Genus. Autant vous dire que ça m’émeut à peu près autant que les académiques de Cunningham, c’est-à-dire pas du tout. Je voudrais sentir des corps et je ne vois que des bâtonnets rose-gris-vert d’eau – très esthétique, je ne dis pas, tout comme la mise en scène, avec ses éclairages roses du tonnerre et de grands fils blanc comme les franges d’une lampe en demi-cercle tout autour de la scène, qui finissent par danser lorsque la dernière danseuse quitte le plateau en les égrainant. Peut-être est-ce un ballet qui s’apprécie de près : lorsqu’aux jumelles j’isole une danseuse, au hasard une Muriel-berlingot qui donne de l’épaule à un camarade, en enjambe un autre et s’amuse visiblement ou la petite blonde du Sacre qui décolle à plat ventre sur l’arabesque d’un partenaire éphémère, je loupe la moitié du spectacle, mais j’en apprécie au moins une partie. Je me rend compte donnant ces rares exemples que ce qui me manque le plus, ce sont les interactions : il y a des regards et des mouvements d’ensemble, mais les danseurs s’y trouvent plus juxtaposés que véritablement liés et les portés sont le plus souvent une manière de passer outre la rencontre en reposant loin de soi la danseuse. Mon plus grand souci, pendant l’heure passée à endurer des accords répétitifs au xylophone (pourtant, je peux réussir à trouver très entraînant des bruits de machine à écrire), a été de comprendre pourquoi les grands jetés avaient une curieuse allure : j’émets l’hypothèse qu’ils sont pris par battement tendu et non développé, mais je repère toujours les filles en l’air, jamais l’appel – ou alors, c’est ça, elles sautent sans élan. Alors que les danseurs luisants, à force de faire du footing entre deux sauts, sont pris d’une fatigue si belle, le mouvement perpétuel de la chorégraphie me lasse. Je ne crois pas que j’aime. Plic ploc flop.

 

Les billes, elles, se trouvent au fond au fond de mon thé glacé au fruit de la passion, comme si les graines noires du fruit avaient gonflé. J’oublie ma déception des mikados et je sirote cette boisson très amusante avec une grosse paille calibrée exactement pour que de temps à autre on aspire une petite boule noire, un peu gélatineuse, à mi-chemin entre le bonbon Haribo noir et la graine d’un fruit. Cette sarbacane à l’envers m’amuse follement. Et les boules m’intriguent. Je finis par demander au serveur ce dont il s’agit : du tapioca. Ni une ni deux, Palpatine dégaine son téléphone hochet et en un saut sur wikipédia, on apprend tout sur cette ludique bizarrerie. Vous aussi, allez vous esbaudir de ce qu’on ait écrit un article sur le thé aux perles. Si vous voulez goûter cette chose étrange venue d’ailleurs (Taïwan), avec une originale panna cotta au litchi et à la framboise (je n’ai pas osé le cheesecake au thé vert), c’est derrière la rue Sainte-Anne, 13 rue Chabanais. On peut aussi dîner mais sachez que les petites billes noires lestent l’estomac de manière inattendue, si bien qu’après on se sent un peu comme un gros pouf rempli de billes de polystyrène.

6 réflexions sur « Des mikados et des billes »

  1. Pour une fois, je peux te rejoindre dans l’expérience thé-ique: j’ai aussi goûté du “bubble tea” à l’occasion du spectacle organisé pour le Nouvel An chinois. Pas vraiment ma tasse de thé, si j’ose dire, mais bon. On peut toujours réessayer 🙂

    1. un fatboy
      ça s’appelle un fatboy, un gros pouf rempli de billes, etc…
      Même que j’avais bien ri en écrivant ça sur FB a while ago : “je vais bientôt me prélasser sur la terrasse allongée sur mon fatboy.”
      Voilà… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × trois =