Admise…

… à khûber.

Cela avait beaucoup fait rire ma mère de lire mon bulletin et de voir cochée à côté des « Félicitations » la case « admise à redoubler ». C’est un peu pareil, là.

Sauf que je vais entrer dans la troisième dimension. Celle du khûbe.

Que dire des oraux et de la « vie d’admissible » ?

Eprouvant.

Bien sûr qu’on (y’a le Vates aussi, ne l’oublions pas) a eu une chance de malade – rappelez-moi d’ailleurs d’aller brûler un cierge pour le saint de la version anglaise, qui m’a permis d’être admissible. Indéniable. Mais euh…

… ouais non, je n’arriverai pas à faire concis. Je vais développer et ai le regret de vous rappeler que, comme pour toutes les monades, mes replis vont à l’infini. Je m’arrêterai en cours d’infini.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + 3 =