And the looser is…

    Je me réveillais tous les matins, entre 5 et 7h avec ce charmant rythme binaire en tête : « Et si j’intègre ? et si je n’intègre pas ? , qui devenait bientôt un rythme quaternaire « Et si j’intègre et la Vates pas ? et si je n’intègre pas et le Vates, si ? » pour ensuite atteindre un rythme non classifié « Et si on khûbe tous les deux, est-ce que Melendili khûbe avec nous ? Et si je khûbe et le Vates pas, est-ce que Melendili khûbe aussi ? Et si je khûbe toute seule, est-ce que je khûbe vraiment ? Et si… ». Heureusement, le soir, je tombais comme une masse et m’endomrais aussi sec. Un rêve idiot : le Vates intègre, moi pas, je pleure comme une madeleine en pleurnichant « non, mais je suis contente pour toi, ça en se voit pas, mais si, hein, je suis contente pour toi ». A côté, les feux de l’amour n’est jamais mélodramatique. Un autre rêve idiot, mais pas le mien, cette fois-ci : « L’autofiction est-elle républicaine ? » à traiter en philosophie. Pourquoi pas.

    Un niveau d’angoisse jamais atteint, et c’est psycho khâgneuse qui vous parle. Normalement, en concours de danse, je mangeais comme un ogre le matin, le coup de dent rageur dans le Nutella a du bon. Et là, l’envie de vomir à l’idée d’un vrai repas équilibré (remarquez, j’avais peut-être bu un peu trop de chocolat chaud).

    Alors les résultats
On a parcouru cette pauvre liste de deux pages en quelques secondes, puis relu plus lentement pour vérifier qu’il n’y avait aucun de nos deux noms. La première chose qui m’est venue à l’esprit et conséquemment à la bouche, c’est « ah non, il va falloir khûber ». La déception. Parce que même si c’est déjà une chance inouïe d’être admissible en khârré, même si c’est extrêmement rare d’intégrer en khârré, même si la formation ce n’est pas hypokhâgne, khâgne, mais hypokhâgne, khâgne, khâgne, même si l’essentiel ce sont les progrès intellectuels qu’on a pu faire pendant l’année, même si je me souvenais du « admissible, peut-être, admise, non » de mon professeur de philosophie, on est quand même déçu. C’est idiot mais on commençait à y croire. Là, on n’y croit plus et on n’en croit pas non plus nos yeux quand on a enfin accès à nos notes (d’oral mais aussi d’écrit). « Je ne pensais pas que ce serait autant… enfin autant… dans ce sens-là ». J’adore mes professeurs. Mais c’était tellement bas que ça en devenait presque comique. Je veux dire, ce n’est pas tous les jours qu’on fait le grand écart entre 2 et 12. Une expérience… 2, je n’avais jamais eu ça autre part qu’en thème latin en HK. Ca m’amuse beaucoup plus que le 6,5 en commentaire anglais. Même si sur le coup, je n’avais pas du tout l’air de m’amuser. Et que je n’avais pas comme le Vates un 18 en écrit de français auquel me raccrocher (avouez que c’est tout de même la classe internationale – j’attends avec impatience le rapport pour le voir dedans).

            Il m’a fallu une certaine concentration pour essayer de garder une tête à peu près convenable, puis pour retrouver une tête convenable avant la confession. J’aimerais d’ailleurs savoir qui est censé se confesser : le candidat ou le correcteur ? Moments instructifs, tant au point de vue des exigences (il faut lire du latin couramment -là j’ai eu envie de rire de bon cœur, mais je me suis retenue) que des admissibles non admis des grandes prépas. Je ne sais pas si la majorité est comme cela (et la khârré d’HIV une exception) ou si c’est juste l’amertume qui les rend ainsi, mais certaines étaient tout simplement imbuvables : « non, mais je ne comprends pas, machine a eu 19, j’ai seulement eu 15, alors que d’habitude, j’ai toujours la plus haute note. » La montagne dorée, mes amis, c’est du plaqué or qui s’effrite rapidement. Je ne sais pas comment certains recalés trouvaient encore le moyen de se vanter quand, même quand on sait raisonnablement que etc., le sentiment qui domine est quand même celui de l’échec. Une bonne claque dans la gueule qui devrait leur rendre un peu d’humilité. Eh bien non, ils sont déjà en croisade pour l’année prochaine. S’ils pouvaient décourager quelques khûbes potentiels, ce ne serait pas de refus. De quoi vous redonner envie de khûber, et dans votre khâgne de semi-province. Même si sur le moment, énervée, épuisée

        vidée-

 j’ai sérieusement songé à aller en fac. Ecrit et oral, au final, cela fait deux concours qui vous achèvent gentiment. Ce n’est pas tant d’être collé que la perpective des efforts à fournir qui est déprimant. Se méfier de l’envie d’avoir plus le concours que l’école proprement dite.

    Quoiqu’il en soit, j’ai le regret de vous annoncer que vous aurez encore à supporter mes geignements pendant un an. Préférez ne pas imaginer ce qu’il se passerait si jamais je n’étais pas de nouveau admissible. Non plus lamentations² mais lamentations³.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − seize =