Apaisante apesanteur

(Pleyel, dimanche 2 octobre, Orchestre de Paris)

 

« L’âme s’apaise là, sévèrement contente »

Palpatine et moi remontons la rue du Faubourg Saint-Honoré pour nous rendre à Pleyel. Au milieu des VIPouilleries de la fashion week, il y a Dalloyau, dont je n’ai toujours pas goûté les chocolats. Avouez que cela ferait un excellent dessert après un très diététique japonais. Chaque bouchée est présentée au-dessus de la vitrine dans un petit écrin ouvert, la description inscrite à l’intérieur du couvercle. Carré d’épices, avec un thé de Noël, j’imagine déjà… carré noir, oui forcément ; éclat craquant moucheté de dorures et fourré aux cacauhètes, oh mon dieu, du peanut butter de luxe ; Pralinas, du praliné, mettez-m’en deux, s’il vous plaît ; pas moins de cent grammes, vous dites, ah, c’est fâcheux, je veux bien un autre éclat craquant alors ; Duja toujours, ce n’est pas de l’alcool au moins, non, bien, vous savez ce que c’est alors, non, bien, donnez-moi en un quand même ; la ganache, non merci, le praliné, c’est autre chose tout de même, mais une ganache Earl Grey, oui, je veux bien me laisser tenter ; puis un à la framboise et un au cédrat pour faire bonne mesure, soyons fous, soyons fruités. Le concert commence dans une vingtaine de minutes mais je commence tout de suite ma récolte, le soleil dans les rues, vous comprenez.    

Je confie les chocolats rescapés à l’ouvreur en espérant que le vestiaire soit aussi climatisé que la salle et l’on s’installe, Palpatine et moi, derrière Christian, Anne et Serendipity. L’ouverture de Los escalvos, un opéra inconnu de Juan Crisostomo de Arriga, lui-même inconnu pour cause de mort précoce, permet de s’éclaircir l’oreille comme d’autres s’éclaircissent la gorge. On s’enfonce dans son fauteuil rouge et les teintes chaudes de l’orchestre : un feu de cheminée jette ses reflets cuivrés dans le bois lustré des instruments à cordes tandis que les vents suscitent au hasard des étincelles de lumière. Doux crépitement.

Entre dans le salon un grand-père dont aurait rêvé Hugo : Menahem Pressler nous raconte le concerto pour piano n° 17 de Mozart. Silence, musique. C’est beau, c’est rond, sans aspérité sans être lisse. Cela rentre par les oreilles, passe dans tous les muscles, parcourt les veines, les tendons, les nerfs, toute la tuyauterie, se diffuse dans tout le corps comme de la morphine. La partition tricote à partir de mes nerfs en pelote : je me détends. Je suis bien. Mon corps s’assoupit, mon attention s’assouplit. Mes paupières deviennent visibles aux musiciens et je voudrais leur crier dans un chuchotement que je m’endors parce qu’ils ne sont pas soporifiques et que je baille parce que je veux continuer à goûter ce repos rebondissant de notes engourdissantes. Le pianiste caresse le piano et l’on ne sait pourquoi mais il ne peut en être autrement, le basson vient soutenir et éveiller le bercement. Menham Pressler est comme ces professeurs à l’autorité naturelle qui n’ont pas besoin d’élever la voix pour se faire entendre ; son jeu nous parle tout bas.

Avant le nocturne de Chopin qui tranche sur le diurne Garrick Ohlsson de l’avant-veille, il nous baigne au Clair de Lune. Debussy comme manière de nous souhaiter une bonne nuit avant de se retirer. La veillée est finie. Entracte.

Histoire de remercier Dieu pour ce divin concerto, la Messe de Sainte-Cécile constitue le second office. C’est grand, le chœur y est mais je n’ai plus la force de soutenir ma cathédrale mentale pour qu’y vienne résonner la sacrée musique de Gounod. Plus assez de nerf pour me tenir au centre de la nef et recevoir des trombes d’échos. Hébétée de béatitude, j’assiste à cette messe de l’autre côté du vitrail, celui qui ne reçoit pas la lumière. Les voix ne me transportent pas, je sais simplement qu’elles sont là, pas loin et que cela doit être beau si seulement cela pouvait être fort.

Pas entièrement convertie, je manque de charité chrétienne en refusant une demande implicite de chocolat à un ninja surgi d’on ne sait où. Je n’allais pas mettre en péril mon expérience nirvanesque par défaut d’échantillonage complet. Palpatine a raison : ce concert et ces chocolats sont deux preuves de l’existence de Dieu. Je n’ai pas jugé bon de préciser que je pensais Mozart plus que Gounod. Jour du Seigneur : même les mots sont bons.

2 réflexions sur « Apaisante apesanteur »

    1. Mozart comme preuve de l’existence de Dieu, j’approuve (et pour le chocolat aussi soit dit en passant). Va écouter son Requiem un jour (à Mozart, hein, pas au Chocolat).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 − cinq =