Aveux de décès

Je ne sais pas si ce qui suit ressemble à grand-chose, je ne sais pas si ce sont des choses que l’on dit. Tout ce que je sais, c’est qu’il était important pour moi de les écrire, et j’aurai pour ma défense justement de les avoir écrites – ce qui est, d’une certaine façon une autre manière de les taire.

Ce texte étant inhabituellement long (et le copier-coller ne fonctionnant plus dans WordPress avec mon vieux navigateur – que je ne peux plus mettre à jour à cause de mon vieil OS – que je ne peux pas mettre à jour tant que je n’ai pas sauvegardé l’intégralité de la machine), je vous propose de le télécharger en PDF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six − 4 =