Coups de soleil et de cymbales

La Barque solaire. Je ne sais pourquoi, ce titre magnifique me faisait penser à Quignard et Bonnefoy. Pourtant, s’il fallait le rapprocher d’un poète, ce serait de Nerval, à cause de son « soleil noir ». Parce que cette composition de Thierry Escaich est plus éclatante que lumineuse. La barque s’est probablement égarée aux abords du lac Averne, et l’église que l’orgue fait surgir à l’esprit dérive rapidement en maison hantée. Barbarie toute musicale pour l’organiste qui fait des pieds et des mains pour que vogue galère : accroché à son banc, il appuie des pieds sur des lattes comme s’il cherchait à garder l’équilibre, tandis que le boys band des contrebasses tangue. Et ça marche : vous êtes embarqué, le quart d’heure est passé.

On débarque sur un concerto de Dvořák. Gautier Capuçon s’avance muni de son violoncelle au très long dard et s’installe, cheveux longs gominés, queue de pie rejetée et jambes écartées. Serait-il vêtu d’un jabot et de poignets en dentelle qu’il serait suffisant dans un salon du XVIIIe. Mais il tient conversation avec son violoncelle, décidément un instrument dont j’aime la belle gravité. En rappel, on nous gratifie d’un ter plus allègre, facétieux même dans sa conclusion : après avoir dûment agacé sa femme-instrument unijambiste, le capucin râpe son violoncelle comme si le morceau était de gruyère.

Pour la symphonie n°3 de Saint-Saëns, le chef d’orchestre, de majordome se fait maître d’hôtel et nous sert un de ces mets où la profusion des ingrédients est si bien tamisée qu’ils ne se laissent pas deviner. On sait juste que c’est raffiné et qu’on s’en régale sur une grande nappe blanche, dans le glissement discret des flûtes et des couteaux à poisson. Voilà comment, en vertu de la loi des contrastes et de l’harmonie universelle, on se retrouve une cuillère à la main pour pigousser dans une assiette « tout chocolat » en compagnie d’un burger savoyard (comprendre le cousin de Palpatine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × trois =