En avoir plein le dos

Levée plus tôt que la déesse procrastination, j’ai décidé de la prendre de vitesse. Sans ouvrir les volets, ni la porte, j’ai subrepticement attrapé un tas de polys, mais, compromis matinal, je me suis glissée sous la couette pour les lire. Just imagine…
    Dos contre le mur, calé avec l’oreiller. Naissance du problème israélo-palestinien. Aux accords Sykes et Picot, vous réalisez que ça vous picote dans le dos, vous vous êtes enfoncé dans de sombres problèmes, et le coccyx vous sert de postérieur. Tant que vous y êtes, faites le mort, allongé sur le dos. Vous vous réveillez à la passe du problème de la Grande-Bretagne aux Etats-Unis : la patate chaude vous a échappé dans un court assoupissement. Vous vous étalez à plat ventre dans la région, révoltes à en avoir froid dans le dos et plus de sang dans la main qui vous chuchote à l’oreille que son petit doigt ne lui dit rien qui vaille. Prise en main sérieuse, on ne joue plus à Peel ou face, vous vous dirigez à votre bureau. Pied à terre dans des chaussons, dos calé contre le dossier, bien droit. Après dix minutes à lire comme une bigleuse corsetée jusqu’au cou, essayant de déchiffrer le titre de son programme de spectacle tombé par terre, et que les pays Arabes y sont aussi, vous vous prenez la tête dans les mains. Lorsque la feuille s’est curieusement rapprochée de votre nez, que l’imbroglio ethnique s’est brodé sur l’imbroglio religieux, et que vos nerfs sont aussi emberlificotés que la situation, vous décidez de passer à la position du moine bouddhiste – une confession qui manquait. Un cercle est un carré, un carré est un cercle. Chaussons abandonnés comme les décisions de l’O.N.U., mains qui portent la situation explosive à bout de bras, le dos peut enfin se redresser. Pas pour plus longtemps que la paix avec l’Egypte. Tellement agaçant que vous en assassineriez bien un – pas de chance, Sadate, y est déjà passé. Les tensions se font également sentir dans les cuisses, changeons de camp dans le cadre de la guerre froide. L’époque est au compromis – position du lotus effeuillé, une jambe sous soi, l’autre à terre. Le dos tordu comme une énième proposition de partition de la Palestine mandataire. Vous sentez la guerre du Golfe approcher, mais justement, ça sent le roussi. Vous jetez la pierre en croyant que c’est l’éponge. L’intifada commencera après le petit-déjeuner ; vous allez poser votre dos sur la chaise de la cuisine – dépaysement absolu.

6 réflexions sur « En avoir plein le dos »

  1. Oulalaaa ca me rappelle la Terminale… Je ne peux plus entendre parler des relations internationales sans y mettre des pommes a l’eau, eponges et passoires. Peut-etre que tu devrais essayer de lire tes polys [avant le ptit dej’, quel devouement!] avec une passoire sur la tete, et avec une eponge a la main. Le probleme restant la pomme a l’eau… Tu crois qu’une patate bouillie t’aiderait pour l’Intifada?

    Ca me donnerait presque faim l’Histoire!

    1. Ben quand j’ouvre un oeil avant que le reveil me hulule dans les oreilles, je ne me precipite pas sur le paire de pointe qu’il faut absolument que je couse. Je me dirige en grimacant (telle la grand mère centenaire que je suis au reveil) vers ma bouilloire y met un litre d’eau prépare un sachet de thé pleine lune, et je le boit a grande lapée encore bouillant avant de peut être penser a chercher une aiguille assasine. Et le temps que je trouve les ciseaux il est l’heure de partir!

    2. Vu comme ça, ça a l’air plus amusant. Je pense que si les profs faisaient de belles comparaisons et métaphores filées, les élèves accrocheraient mieux à leurs cours… Courage! Pense que dans quelques années, ils auront 5 guerres du golfe, des pelletées d’accords supplémentaires, et des noms de chefs d’état alambiqués tués dans je ne sais quel attentat, à apprendre en plus! ^^ A moins que tu ne sois passée par là et que tu aies rayé la région de la carte. La gaffiotomisation peut faire du dégât XD

    3. Dre >> Qu’un pareil truc te donne faim – que quoi que ce soit te donne faim… vraiment, le monde ne tourne plus rond – il tourne juste en cercle vicieux pour le plaisir de nous resservir le programme de TL relevé à la sauce piquante prépa.

      Elendili >> Tu crois qu’il est encore temps de le rejoindre à la nage ?

      Bulle >> Ça, c’est du timing ! … le mode de transport qu’elle préfère, c’est la balançoire… elle va d’avant en arrière… en prenant du r’tard… elle rallonge par le square…

      Inci >> Prépare-moi un Gaffiot géant, ça va saigner !

      Juliette >> Ta signature est enregistrée, le lien aussi ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − deux =