Il y a pire qu’un vendredi 13 : il y a le lundi 13

1° Nam, un vendredi 13 est immanquablement suivi d’un samedi 14, tandis qu’un lundi 13 est suivi de tout une semaine.
2° Surtout lorsqu’à 8 heure du matin, les petits n’yeux encore tout embués de sommeil, on vous demande, au lieu de la correction de dissert (catastrophique) prévue, de vous atteler à une présentation-batârde-puisqu’avec- des-éléments-de-commentaires-mais-pas-un-commentaire-non-plus sur le Cid.
O râge, ô desespoir, ô jeunesse ennemie… 
3° En plus, on en est réduit à faire mentir le proverbe… pas de troisième point intéressant (loin de moi l’idée que les deux précédants l’étaient) 

Bon, Ephreet, où faut-il signer pour avoir sa carte de membre de la lose du lundi ? 

7 réflexions sur « Il y a pire qu’un vendredi 13 : il y a le lundi 13 »

  1. Tout à fait d’accord! Cependant ma semaine n’est pas trop chargée, c’est la première fois depuis le début de l’année… méfiance, ça sent l’embuscade par interrogations surprises!
    Ca y est tes vignettes prennent forme, ça donne de la vie!
    Et du boulot aussi…!

  2. je ne suis pas d’accord avec toi: IL Y A un troisième point: la note du commentaire d’histoire! d’accord, ça ne te concerne pas…
    va, je te hais tout court, ou encore: professeur as-tu du coeur?

  3. il est évident que ce n’est pas toi que je hais, mais les professeurs qui s’abaissent à la matérialité des notes, eux qui prônent la supériorité de l’intellect! je trouve cela vulgaire de noter une copie… je ne suis que pur esprit! d’ailleurs, mes notes sont tellement légères qu’elles s’élèvent et transcendent toute cette basse matérialité (!).
    ne t’inquiète pas, je délire complètement…

  4. je confirme, le lundi 13, c’est le pouvoir “lose compte triple” du lundi, associé à la pourritude du 13…
    un lundi 13, c’est un jour à rester sous la couette, sans aucun contact avec le monde extérieur… ^^

  5. Legweak => C’est sûr, les révisions de philo du vendredi 17 ont été nettement plus amusantes ^^

    Blu3scar => Faut m’expliquer longtemps, après je comprends presque vite 😉

    Incitatus => En réalité il y a autant de points négatifs que de points noirs sur mon visage. Pas très élégant comme comparaison, j’en conviens ; mais je n’ai pas envie de faire dans l’élégance. Et je déteste la dentelle.
    Et j’aime la transcendance de la basse matérialité.

    Eph’K => Ne passez pas par la case départ, ne touchez pas 20 000 francs. De toute façon, on en est à l’euro.

    Melendili => Non, non. Caprice de freebox qui a retrouvé le chemin de la toile d’araignée mondiale mais pas celle de l’onde transcendant les pièces de mon appartement. Veni, vidi, wifi.
    Et si tu veux tout savoir, j’ai appris les derniers cours d’histoire (ce qui n’implique pas que je connaisse les précédants sur le bout des doigts), parcouru du regard le texte à commenter en anglais en me gardant bien d’ouvrir le moindre dictionnaire (ce n’est pourtant pas ce qui manque), et j’ai finalement déprimé une demie-heure en regardant mon sujet de dissertation et en me disant que finalement, j’aime Claude Simon et que le chiffre 7 fait montre d’une remarquable unitée. J’oubliais : j’ai travaillé les dix premiers vers du texte d’Ovide mais j’ai quelques CAS de (in)conscience. En gros. En très très mince.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − onze =