Le parcours et ses épreuves

Soyons factuels avant de nous épancher.

 

Histoire : La mort en France au XXème siècle. Autant dire la mort à Ulm au XXème siècle. Vous trouvez que j’exagère ? J’ai eu 2. Vous me croyez maintenant ?
    Le choix devait se faire instantanément devant le jury et avec « la collabrotion dans l’Europe » j’avais l’embarras du choix. Le jury : « eh bien, traitez les deux ». Je n’ai jamais aussi mal parlé de ma vie. La reprise a été un modèle de catastrophe : « On ne meurt pas que de la guerre mademoiselle ». Et les questions… que pouvez-vous nous dire des carrés juifs et musulmans dans les cimetières ? de quand date la laïcisation desdits cimetières ? (ne hasardez pas la loi de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, on vous répondrait que, paaaas du tout, c’est la loi des municipalités, c’est dans votre programme, vous devriez le savoir) et ma question préférée : inhumation… crémation… quand plutôt l’un que l’autre ?

Français : un extrait de Moderato cantabile de Duras (pas de Chénier, d’ambroisie et de miel, par pitié !). L’extrait était génial, le jury aussi. Le public un peu moins, mais dans l’élan d’enthousiasme, la sonnerie de portable ne m’a pas dérangée outre mesure. En revanche, la fille a manqué se faire fusiller par le jury. Cet épisode mis à part, on oublie complètement qu’il y a des gens derrière soi – à part en histoire, une fraction de seconde où je me suis dis que les pauvres devaient s’emmerder ferme.

Philosophie : L’imagination. Mon apparitrice était étonnée de mon enthousiasme. Un sujet traité en classe et que j’avais relu la veille. Imaginez un peu. Du coup, j’étais presque détendue.

Anglais : un extrait de The Hairy Apes, d’Eugene O’Neil. Pour moi cela s’était plutôt bien passé. Pas pour le jury visiblement, qui ne m’a pas mis la moyenne. Qu’est-ce qui m’a pris aussi de faire un commentaire linéaire quand leur marotte est du composé bien ordonné avec d’un côté la forme (des marins ivres qui jurent à tout bout de champ) et de l’autre le fonds (là, je cale) ?

Latin : un « beau texte » de Tite-Live sur les mariage mixtes. Si la beauté se mesure à l’incompréhension, sans aucun doute. La limitation des dégâts s’est soldée par un 2,5.

Option philosophie : texte de Leibniz avec les petites perceptions et le principe d’inquiétude. Impossible d’être plus précise, je n’ai toujours pas compris l’intérêt profond de cet extrait. Ni où le jury a trouvé 8 points à me donner.

 

 

Une réflexion sur « Le parcours et ses épreuves »

  1. J’avoue que ton sujet d’histoire fait froid dans le dos. C’est terrible une chose pareille! Heureusement que le français et la philo t’ont remonté un peu le moral (c’est possible ça, qu’une épreuve d’oral remonte le moral?)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre + 17 =