Quand Lalo remplace Lola…

 

… Palpatine n’est pas nécessairement dans tous ses états. A chaque orchestre ses beautés : une violoncelliste pour l’orchestre de Radio France, dirigé par Myung-Whun Chung. Pour une fois, le nom m’est familier, l’enregistrement de mon CD de l’Arlésienne s’est fait sous sa baguette. Peut-être bien magique, parce que j’ai du mal à comprendre quelles les musiciens peuvent en retirer : la mesure, peu exubérante, je vois bien, mais les vagues latérales initiées par les bras et suivies par le corps, ou la main gauche par laquelle tout le corps secoué de tremblement se raccroche au vide, je ne vois pas trop. On dirait parfois qu’il est possédé par la musique plus qu’il ne la dirige, mais cela doit être une impression de non-mélomane. Quoique… Palpatine penche pour le pilotage automatique de l’orchestre, parce que toujours est-il que ça marche (cette phrase n’est absolument pas française, mais je commence à être fatiguée et je ne vois pas où ça coince précisément – help me).

 

Deuxième nom imprononçable de la soirée, qui me fait irrésistiblement penser à de la mousssaka, bien que l’association phonétique soit une hérésie aussi bien géographique que culturelle : Moussorgski, dont des extraits de la Foire de Sorotchinski ouvre la soirée. C’est enlevé et coloré comme un marché – oriental ou méridional, parce que je peux vous assurer que ce n’est pas le genre de sonorité qu’on trouve en Dordogne.

Le méditerranéen, malgré que j’en ai, n’arrive qu’avec le deuxième morceau, une symphonie espagnole d’Édouard Lalo, dans laquelle on entendrait presque des accents tziganes de temps à autres. Mais c’est peut-être à cause du violon de Vadim Repin, dont je n’aime pas trop le son grinçant. Sans aucune gitane qui danse à son rythme, cet instrument geignard ne s’accorde pas de l’orchestre en bon ordre au milieu duquel il évolue, ni du costume impeccable de son maître (parce que c’est évident qu’il le maîtrise avec classe), qui n’est pas en train de mendier quelques larmes à son public.

Cela m’agace et ne cesse donc pas de m’attirer, jusqu’à ce que le violon revienne en grâce à l’oreille que je n’ai pas avec le morceau bonus joué par Vadim Repin et les autres cordes, qui, après enquête, se révèle être des variations sur le Carnaval de Venise de Paganini. C’est vrai que le soliste avance masqué : sans rien annoncer au public, il adresse quelques mots aux violonistes dont la mine se réjouit (celui qui est le plus excentré battait déjà joyeusement, de son archet sur le pupitre, la mesure des applaudissements), ainsi que celle de Palpatine lorsqu’il fait le signe de pincer les cordes. L’orchestre hoche la tête, le violoniste se met en joue et fait feu -d’artifice : le morceau est génial, ça sautille, esquive, feinte, sautille à nouveau et me donne envie de danser. Vadim Repin est visiblement virtuose, il se joue des difficultés et tous les musiciens semblent beaucoup s’amuser. Rire du public aussi : après avoir calé les pincements de corde, ceux-ci s’avèrent trop ténus pour que le soliste ne les recouvre pas en jouant, si bien qu’il fait mine de tendre l’oreille et aussitôt le volume augmente, comme si l’on avait tourné le bouton d’une chaîne hifi.

A l’entracte Palpatine hésite à se faire tenir la jambe par l’ami bavard, et finit par alpaguer l’ami russe pour qu’il nous en fasse une imitation, qui me fait rire sans pour autant connaître l’original et me donne une idée de l’énergumène. L’imitation des différents chefs d’orchestre, à la sortie, valait également son pesant de cacahuètes. Sonnerie – Palpatine se rassoit tranquillement en disant que le meilleur est passé. Peut-être mon esprit de contradiction s’est-il réveillé à ces mots, peut-être ne suis-je tout simplement pas lassée par le top 50 des salles de concert que je fréquente assez peu, peut-être aussi mon préjugé est-il naturellement favorable au compositeur de musique de ballet : toujours est-il que la symphonie pathétique (n°6) de Tchaïkovski m’a beaucoup plue. Même si je décrochais parfois brièvement de temps à autres, mon attention avait moins de mal à se concentrer que lors de la première partie (certes, l’effet gâteaux à l’entracte n’est pas à négliger non plus dans le degré d’éveil), dont les huit minutes du premier morceau, notamment, étaient vraiment trop courtes pour qu’on puisse entrer dedans et en profiter pleinement. J’adore les moments de quasi-silence où l’on se demande presque s’il va l’emporter sur la musique, avant que celle-ci ne reparte avec plus d’allant. Je ne suis pas certaine d’avoir trouvé cela « pathétique », à moins d’y entendre moins la pitié que l’empathie. Mais bon, pas besoin de souscrire au larmoyant, le programme précise même que le compositeur n’a pas ajouté l’adjectif de lui-même, et qu’il est davantage à entendre dans le sens de « passionné » ou « émotionnel », « comme un regard sans illusion sur ‘la douleur de vivre, les amours impossibles, la culpabilité, le pressentiment de la mort’. » Mouais ; en gros, mettez-y ce que vous voulez, du moment que cela possède une certaine force émotive. Après le troisième mouvement, le public n’a d’ailleurs pas pu s’empêcher d’applaudir. Les puristes de le déplorer, mais franchement, cela me dérange beaucoup moins que les manifestations de tuberculeux qui se mettent à tousser du de concert, ou que la brève cacophonie des instruments qui se ré-accordent – laisser éclater son enthousiasme n’a rien de pathologique, au moins… à moins de voir le plus grand conformisme dans la surenchère d’applaudissements après une débauche musicale. On ne pourra en revanche rien reprocher au magnifique silence de la fin, qui a mis une bonne demi-minute à se relacher.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 − 3 =