Rentrée à l’OdP

Chemise blanche, veste noire, jupe à carreaux tache intégrée et grandes chaussettes grises, c’est en écolière faussement modèle que je fais ma rentrée… à la fac et à l’Orchestre de Paris. Distribution des manuels : les programmes sont passés d’un grammage épais à un papier glacé, nos cartables n’en seront que plus légers. Il y a des nouveaux et j’ai déjà repéré une potentielle nouvelle copine : la contrebassiste juste derrière le poète de Spitzweg, qui n’y va pas de main morte. Quand elle pince les cordes en alternance des deux mains, coudes relevés, avant-bras qui décollent, elle a le même entrain sérieux que si elle jouait du tambour. Mais laissons-là à son pupitre pour le moment, j’ai une copie à rendre.

Scherzo fantastique. Fantastique, on a dit, pas merveilleux. Il y a bien quelques pas dans la neige, quelques tintements scintillants mais, pour l’essentiel, les spirales de notes ressemblent plus à des tourbillons qu’à des volutes. Cela fait whirl-whirl, jusqu’à bourdonner, histoire d’établir un écho entre Stravinski et Rimski-Korsakov en sautant par-dessus Lalo.

Concerto pour violoncelle enmineur. J’ai le regard qui a un peu erré (Marc Coppey nous a fait une tête de Droopy) mais pas l’oreille. J’adore le premier mouvement : pas de questions-réponses entre l’orchestre et le violoncelliste et pourtant, le premier intervient régulièrement sans pour autant couper la parole au second. Ils ne jouent pas vraiment ensemble (pas en simultané) ni l’un contre l’autre (les grands traits brefs ne raillent pas la partition solo). L’orchestre ne souligne rien, si ce n’est que le violoncelle continue son chemin. Chaque ploum qui se met en travers semble marquer une marche supplémentaire comme les anniversaires sanctionnent une année écoulée. Le deuxième mouvement est celui d’une maturité non décrépie, seulement sereine, comme hors du temps. Comme si la musique avait été un projecteur, c’est à ce moment-là que je remarque en haut tout au fond de l’arrière-scène un vieux couple paisible, la tête rêveuse de la dame blanche sur la chemise blanche de l’homme, bien droit devant le mur blanc. La poursuite de mon imagination s’est immobilisée sur ce couple lumineux. Puis le troisième mouvement s’est enclenché et elle s’est éteinte. L’agitation de la vie a repris ses droits ; le soliste a replongé dans la foule de l’orchestre.

Shéhérazade, suite symphonique luxueuse comme un palais des mille et une nuits. Opulente mais pas langoureuse ; on se souvient soudain que c’est pour échapper à la mort que la fille du grand vizir raconte toutes ses histoires. Aurais-je lu le programme à l’entracte que j’aurais su qu’il était question de mer, de bateau, de fête et de naufrage mais comme je ne connais pas le prince Kalender ni l’histoire de Sindbad, je n’aurais pas été beaucoup plus avancée. Je me suis contentée à écouter le conte, cette voix qui vous tient éveillé la nuit par son ton de confidence, et m’en suis portée comme un charme, évidemment.

Avec Palpatine, as usual.

Une réflexion sur « Rentrée à l’OdP »

  1. J’aime beaucoup ce mouvement qui est celui d’une maturité non décrépie. On imagine immédiatement le geste. A mi-chemin entre ceux d’une jeunesse déjà dépassée,  et d’une sénilité à peine esquissée, quoi.
    Cha-cha-cha et cha-cha-ploc … Bon, j’ai l’air moqueur, comme ça, mais faut pas s’y tromper.
    Mon commentaire est celui d’un intérêt un peu titilleur, hein 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 4 =