SchuBeeD(oub)a

 

[Pleyel, jeudi 18 novembre]

 

Dalbavie, Marc-André de son petit nom long – parce qu’il est vivant ; tellement vivant, même, qu’il vient saluer à la fin de ses Variations orchestrales sur une œuvre de Janáček. J’ai bien aimé, même si a posteriori, je me demande si c’était le morceau que j’ai entendu ou les citations que je n’ai pas pas pu entendre par méconnaissance de Dans les brumes. Quand j’aurai écouté le morceau, je pourrai décider si les variations sont un prétexte au palimpseste plus ou moins inspiré ou si les citations, paraît-il de plus en plus rapprochées, en font « la révélation progressive d’une musique admirée ». Après l’avoir soupçonnée de collage peu inventif, j’ai trouvé que c’était une belle idée de ne pas partir d’une œuvre dont on s’éloigne en prétendant la dépasser mais d’y arriver et de donner envie à l’auditeur d’écouter en entier le morceau en question (comme une bonne étude critique littéraire donne envie de rouvrir le bouquin dont elle parle).

Le jour où je ferai une typologie géographique des musiques (non pas pour les nuls mais par une nulle), à côté de la case « alpestre et sylvestre » où seront rangés Strauss et Sibelius, il y aura les musiques « neigeuses », avec Arvo Pärt pour les plaines enneigées et Dalbavie pour les stalactites, même si après avoir été arrachées à une grotte, elles prennent des allures de pics à glace qui trempent dans des trucs un peu louches (pas clairs, en tout cas et encore moins cristallins).


Beethoven, ensuite. Du peu que j’en ai entendu, je ne suis pas une grande fan, mais comme j’aime assez la forme du concerto… Le concerto pour piano n°1 était joué par Stephen Kovacevich, assis à son piano comme un enfant à une table trop haute, sans coussin pour le rehausser ; le clavier devait lui arriver sous les épaules, il n’en dépassait qu’une hémisphère de tête aux cheveux blanc, à qui l’on pouvait trouver trouver une moitié au-dessus du couvercle, grise cette fois-ci, appartenant au chef. Le siège complètement abaissé ne semble pas le gêner le moins du monde, et là où l’enfant à sa table trop haute pique une fois sur deux sa fourchette dans le vide de l’assiette, le pianiste n’est nullement engoncé et n’en loupe pas une (de note), si bien qu’il nous régale. Son interprétation est éclatante : claire. Le bis, lui, serait plutôt nébuleux, quoique bref : insolite.

 

Schubert, je ne savais pas trop à quoi cela ressemblait. Et après avoir entendu la symphonie n°9, je ne le sais toujours pas. Non que je me sois endormie comme Palpatine. Il a reconnu qu’il était peut-être plus en veille prolongé qu’en veille tout court, de laquelle on n’est pas censé sortir en sursautant – il avait perdu dix bon centimètres, coulé dans son siège jambes écartées. J’ai presque regretté de l’avoir réveillé, tant il semblait lutter pour garder les paupières relevées, qui ont battu plusieurs fois en retraite. Lorsque la tête dodelinait pas du tout au rythme des archets, je fixais leurs battements d’une pression sur l’épaule (Descartes en conclurait qu’il existe une corde reliant l’épaule aux paupières). Le reste du temps, je ramenais mon attention voilée (comme une roue de voiture peut l’être) sur cette symphonie moins épique que d’autres, et qui invitait plus à se promener en marge du chemin qu’à se lancer dans un grand voyage. Chez un musicologue, cela donne une comparaison avec Beethoven : « L’œuvre n’est plus fondée sur un combat titanesque menant à une victoire triomphale ». Tant mieux, parce que l’apothéose de ma journée a été le moment où je me suis glissée sous la couette.

 

2 réflexions sur « SchuBeeD(oub)a »

  1. Bonjour,

    Présent aussi à ce concert que j’ai beaucoup apprécié, surtout Schubert et Beethoven.

    Concernant Mr Kovacevich, il n’a nul besoin d’un petit coussin hahaha !! car c’est lui qui choisit de jouer ainsi, très bas. Position non académique quoique, si l’on regarde Glenn Gould ou David Fray …
    Mais que cela fait plaisir de voir ces septuagénaires se donner dans leur Art … pour notre plus grand bonheur !

    Et félicitations pour cet article et pour votre sympathique blog !!

    Jean.

    1. Bonjour et bienvenue par ici !
      La syntaxe de ma comparaison prêtait à confusion : dans mon esprit, c’est à l’enfant que manquait le coussin, pas au pianiste qui a d’ailleurs vérifié si le siège était réglé au minimum. J’aurais bien aimé être côté jardin pour pouvoir voir sa posture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × 4 =