Élémentaire, ma chère Brown

La danse de Trisha Brown, aérienne, aquatique ou bien terrestre…
Représentation du jeudi 6 octobre.

Descendue sur les hauteurs de Chaillot, je m’installe avec un bagel sésame au saumon. La Tour Eiffel en rosit de plaisir. Sur l’étal de la librairie, une mosaïque de bouquins plus ou moins inconnus consacrés à la danse, que je retourne un à un, comme les cartes d’une réussite. A côté de la Danse océane de Claude-Pujol, se trouve un autre de ses livres, consacré à Martha Graham cette fois. En une page, je retrouve Charles Weidman et vois que la romancière a à nouveau tout compris. Je glisse le petit volume dans mon sac, sûre d’y trouver prochainement plaisir. La Tour Eiffel frétille maintenant ; sur le champ de Mars, la magie de minuit intervient à chaque heure de la nuit.

Je me suis glissée dans l’avant-dernier fauteuil de la salle encore à moitié vide. Place au septième rang réservée deux jours auparavant : encore une chance. Les jumelles resteront dans mon sac, les visages me sont proches. Le premier solo, sans musique mais non en silence, confine même à l’impudeur : souffle émis et reçu de corps à corps, la respiration du danseur donne l’impression de pénétrer dans son espace intime. Voilà une invitation sincère à pénétrer dans l’oeuvre de la chorégraphe. Je l’ai vue en vidéo interpréter ce court solo mais transmis à un homme, et au public présent, c’est tout de même autre chose. Je suis frappée de ce que la virtuosité est ici exempte de contorsion ; pas de souplesse spectaculaire, on va au-delà du mouvement, pas au-delà du corps. La mécanique en est si bien comprise que la chorégraphe de Watermotor ne s’y heurte plus : voilà un mouvement hyper-fluide (water), tout dans l’élan et le rebond (motor). Ultra-dynamique sans violence. Les articulations sont libérées et les combinaisons, démultipliées quoique, en l’occurrence, condensées en quelques minutes. Lorsque le rideau, à peine levé, se baisse déjà, la salle se met à rire. Fulgurant, lachent mes voisins mi-frappés mi-dubitatifs. Ainsi placé en ouverture, Watermotor devient un manifeste qui perd en valeur esthétique ce qu’il gagne en pédagogique. Le ton est donné mais l’oeuvre peut-être un peu escamotée. Tout comme en musique, je reste perplexe sur la pertinence de placer les oeuvres courtes en premier, sachant que leur durée correspond à peu près au temps qu’il faut pour se défaire de l’agitation du monde extérieur et rentrer dans la pièce.

Les Yeux et l’âme, on ne saurait mieux dire. Celle-ci est à la limite de déborder par ceux-là devant tant de beauté. Cette pièce… “Elle est belle, et plus que belle ; elle est surprenante.” Deux femmes déboulent dans les airs, akènes géants d’un pissenlit soufflé par quelque dieu mythologique. Elles voltigent, comme la musique de Rameau, têtes en bas et notes en l’air. Tantôt suspendus dans le vide aquatique, tantôt bien établis dans leur apesanteur de plafond peint, ces lutins angéliques renversent les dimensions. Leurs trajectoires sont déjà toutes tracées en fond de scène et dans l’élan les lignes du décor, devenues respirations visibles, perdent leur aspect de gribouilli. On ne pense pas filins et baudriers ; ce sont des bulles d’hélium que les danseurs terrestres viennent faire délicatement rebondir en offrant la paume de leurs mains. Le relai est passé, la danse aérienne déferle à présent sur le sol, lames et larmes de joie. L’inventivité est telle que les découvertes s’enchaînent naturellement sans avoir eu le temps de devenir des trouvailles ingénieuses. On voudrait presque un ralenti pour ne rien perdre des enchaînements mais comment ne pas s’emballer ? J’aimerais que soit reprogrammé Pygmalion, l’opéra dont sont extraits Les Yeux et l’âme. Ce baroque si vif, si moderne, tout comme l’était déjà L’Amour au théâtre, tout comme le sont aussi les chorégraphies de Béatrice Massin, me remplit d’allégresse. Délectable.

Opal Loop/Cloud Installation #72503 nous fait ré-atterrir dans la danse expérimentale des années 1980. Cela dit, hormis l’académique perle en lycra brillant de l’un des quatre danseurs, la pièce ne fait pas spécialement datée. Elle est seulement plus lourde à cause de l’absence de musique, remplacée par le chuintement de la machine à fumée. De fait, les nuages annoncés rasent le plancher et ressemblent davantage à du brouillard. Si l’installation permet des jeux d’ombres et de dissimulation (et encore, pas tant qua ça), l’atmosphère n’en est pas moins plombée. Je préférais le ciel sans nuage de la pièce précédente mais garde les yeux baissés sur les formes qui se font et se défont il y a cette danseuse à la manière particulièrement franche et sensuelle que je porterais bien aux nuées. 

I’m going to toss my arms if you catch them they’re yours est dans la même veine, pulsation silencieuse et pesante. Les gros ventilateurs amassés côté cour me font penser à des réacteurs d’avion mais le poids du corps est trop ancré dans le sol et le tempo trop ralenti (par rapport à la première partie de la soirée) pour que la danse soit encore aérienne. Pourtant on plane un peu, bras écartés en seconde, larges vêtements blancs qui flottent et s’envoleront au fil de la pièce. Alors qu’on commençait à s’habituer au ronronnement des ventilateurs apparaît au fond jardin un piano qui engraine ses notes sur la plate bande enregistrée (jusqu’à ce que les amplis saturés nous ramènent au silence). Les justaucorps et les corps émergent peu à peu mais les larges vêtements blancs dévoilaient mieux le mouvement en laissant apparaître son sillage. Je regrette un peu cette mise en scène de dépouillement, qui épuise la danse plus qu’elle ne l’épure. Fort heureusement, on n’en viendra pas à bout et sensation il y a, malgré tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − 12 =