39, 40, 41, Wolfgang Amadeus Mozart

Passée par le sas d’un thé au jasmin accompagné d’un moelleux au chocolat et surtout d’un financier aux amandes, vert comme le sachet de thé, partagés avec Palpatine après une journée éprouvante dans une fac sans chauffage, c’est avec soulagement que je me suis installée dans mon fauteuil d’orchestre, face aux bois chaleureux et aux cuivres d’autant plus rutilants qu’on les voit à travers des yeux mi-clos. J’attendais que la musique me délasse.

La première et 39e symphonie, avec ses courtes expirations récurrentes toujours suivies d’un soupir sonore, a expulsé les derniers frissons que je pouvais avoir. Vidée, dilatée dans la dernière mesure. La musique circule à travers ma respiration fatiguée sans me faire vibrer, sans exiger de moi une énergie que je n’ai plus. Je suis là simplement, à sentir l’horlogerie infatigable qui donne à mes veines la pulsation ; mes poumons qui se remplissent et se vident sont devenus mon métronome. La musique s’y insère sans peine, sans faire de bruit, et je souris en entendant les bassons descendre quelques marches musicales comme des bonhommes ventripotants qui se bidonnent.

Un portable sonne dans la salle, avec une justesse à faire rougir de honte mon Nokia : l’orchestre vient d’entamer la 40e symphonie. Dégagé de sa camisole synthétique, le thème s’élance sur les marches basses et blanches d’un palais italien embrumé par l’abstraction de l’imagination. Les colonnes éblouissantes qui entourent le premier élan dramatique deviennent soudain l’ombre d’où l’on aperçoit une place écrasée par le soleil et envahie par l’odeur du café — tasse esseulée de publicité en plein opéra. L’architecte de cette symphonie nous amène abruptement “de l’interrogation à la résignation” : de la puissance du marbre à sa superficialité.

La 41e symphonie balaye ce décor et souffle le personnage à cape qui en est sorti, le faisant reculer un peu plus à chaque rafale — on n’invoque pas Jupiter sans raison. Alors que je ne suis pour ma part pas soufflée, j’observe avec bonheur mon copaing s’en donner à coeur joie, j’ai nommé le poète de Spitzweg. Ce n’est pas que de la tête qu’il dialogue avec ses coéquipiers, mais de tout son instrument, qu’il tourne avec lui comme si sa contrebasse avait le torticolis. A tout instant il met le pied par terre comme d’autres le mettent à l’étrier, et on ne sait jamais qui de lui ou de l’enquêteur de la Crim’, 3e contrebassiste fonçant tête baissée, sera le jokey vainqueur. Au milieu, le jeune musicien que le poète semble avoir pris sous son aile (ce qui, si vous suivez bien, fait de la contrebasse non une jument mais un pégase) a des allures de nouvelle recrue d’Oxbridge en débauche à Paris. Une histoire de pupitre, sûrement.

Allez aussi jeter une oreille chez Joël, Laurent et Palpatine

4 réflexions sur « 39, 40, 41, Wolfgang Amadeus Mozart »

  1. Décidément, toute la salle avait les yeux rivés sur le ballet du contrebassiste ! Et elle avait bien raison, la salle ; dans quelques longueurs du menuet de la 41è, me rappeler qu’il y avait au moins une personne sur 2000 qui s’amusait comme un fou m’a plutôt réconfortée.

    Pour la petite histoire, la nouvelle recrue bien au chaud sous l’aile du fameux pégase, est bel est bien une nouvelle recrue, non pas d’Oxbridge, mais de Toulouse (c’est presque pareil, plus le soleil et moins ce petit côté couronné, leonesque et ancestral), qui vient tout juste d’arriver dans les rangs de l’OdP comme 2è contrebasse solo, et qui, bientôt, devra voler de ses propres ailes (je n’y comprends plus rien, à ces histoires d’ailes) sans notre regretté Bernard Cazauran, désormais à la retraite.

    Bref, un énorme ramdam chez les contrebasses : une histoire de pupitre, en effet.

    1. Il est parti courant avril mais revenait cachetonner dans l’attente d’une nouvelle recrue (on l’a donc vu pour Mozart mais aussi à la Cité pour Saint-Saëns et Florent Schmitt). Le concours ayant eu lieu vendredi, et le poste débutant fin août, peut-être le reverra-t-on d’ici la saison prochaine… Snif, je suis bien d’accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − dix =