Alice’s adventures in wonderland: well done!

Suivant le conseil de Pink Lady, qu’il y aurait sûrement des places de dernières minutes, ma mère et moi avons dégoté deux places, l’une à l’amphithéâtre, l’autre debout au premier balcon, pour assister de nouveau à un ballet de « Welldone », en franglais dans le texte. On n’aurait su mieux mal prononcer : la création de Wheeldone est vraiment une réussite. Ce chorégraphe éclectique, qui passe de l’abstraction la plus balanchinienne au ballet narratif le plus traditionnel qui soit, a eu l’intelligence et l’humilité de reconnaître son point faible pour s’entourer en conséquence. Résultat, sa collaboration avec un dramaturge fait d’Alice’s adventures in wonderland un spectacle total, qui n’oublie ni ne se limite à la danse.

 

Photobucket

Photo de Johann Persson


Après avoir vu le décor projeté s’agrandir pour suggérer qu’Alice rapetisse, puis jouer de la perspective pour la faire paraître immense dans un cube savamment déformé, avant qu’elle ne se lance à la poursuite d’une miniature porte téléguidée, on ne sait plus à quoi s’attendre, et on attend, tranquillement émerveillé, de voir quelle invention on nous aura concocté. Les décors ne participent pas peu à la chose : moi aussi, je veux faire du trampoline sur un scone géant, m’assoir dans une tasse bien tassée (déjà fait à Eurodisney, c’est vrai) et faire des claquettes sur une table où chaque tasse devient une ampoule pour créer une rampe à cette scène improvisée. Après, il est vrai que je me dispenserais bien de me faire étrangler par une guirlande de saucisse, mais je prêterais volontiers patte forte à la chenille aux multiples pointes pailletées, véritable passage en revue.

On ne s’attendait pas à cette débauche d’imagination lorsque le rideau s’est ouvert sur une garden party very Onéguine-like, où parmi une assemblée joueuse et nombreuse, Lauren Cuthbertson fricote avec un jardinier tout ce qu’il y a de plus propre à vous faire rosir (Federico Bonelli). Il s’agit de notre héroïne, à l’évidence, même si sa sœur habillée en bleu-Alice et son serre-tête de Blanche-Neige portent d’abord à confusion. Mais c’est la première et la dernière chose qui m’a gênée, si l’on peut même parler de gêne. Dès qu’elle se lance à la suite du lapin en pleine métamorphose (la queue qui sort soudain du pantalon est un premier éclat de rire), on tombe en plein délire – enfin, sa marionnette, agitée par un tourbillon de lettres nous entraînant en plein cœur de l’histoire. Je dois dire que cela a titillé ma fibre typographique, comme, un peu plus tard, la page projetée au sol, terreau propice à une valse des fleurs.

 

Photobucket

Photo de Johann Persson
 

Au fil des rencontres que le rêve, avec sa puissance de distorsion, sait rendre plus intéressantes que l’original dont elles sont inspirées, Alice imite tour à tour le lapin qui se gratte le mollet avec son autre pied, le chapelier aux claquettes folles, ou la chenille aux ondulations orientales. Tandis que chaque personnage a un trait, un pas, qui le caractérise, Alice absorbe toutes les influences extérieures. En cela, c’est bien une enfant qui reproduit, non parfois sans maladresse, ce qu’elle voit pour ensuite en faire son miel. Sa personnalité se compose comme le chat du Cheshire, petit à petit, par intermittence, prompte à s’éclipser. La manipulation, qui d’une patte, qui de la tête ou de la queue, rend chacune de ses apparitions aussi spectaculaire qu’un dragon chinois. 

 

Photo de Denis Sum


C’est ainsi, chemin faisant et mine de rien, qu’Alice laisse à la reine sa nature capricieuse. Elle l’a laissée à la porte de ce nouveau monde lorsque, sautant en retirés pour atteindre la poignée trop haut placée, elle a trépigné par ces mêmes retirés devenus piétinements rageurs par la seule force du changement d’accent, d’en l’air à en bas. La reine, elle, n’a pas grandi ; c’est plutôt ses enfantillages qu’elle a laissé croître jusqu’à la cruauté. Du coup, le troisième acte qui se déroule en son royaume est une véritable apothéose. L’extravagance règne sans partage : les fleurs changent de couleur toutes seules, au grand désespoir des jardiniers ; les conifères, qui viendront saluer d’une inclinaison de frondaison, se meuvent sur roulettes, de même que la reine encastrée dans une robe-coeur-carosse géante tractée par ses serviteurs ; la partie de croquet est jouée par de petits garçons hérissons (la dame à côté de moi, très droite, très fière, m’apprend que le hérisson, là, c’est son élève) et des danseuses flamands roses plongées en avant sur une jambe (exactement comme dans Polyphonia), le bras devenu cou et la main, bec ; quant aux cartes, le plateau des tutus se renverse en avant pour se faire carreau, pique, trèfle ou coeur, et les valets craignent la visite de la reine. Cela donne lieu, lorsque la reine ouvre sa robe et emprunte l’escalier qui y était caché, à un pas de quatre d’anthologie où chaque valet est à son tour le pouilleux désigné pour la porter : elle refuse l’appui de sa main au premier, développe un index trancheur en même temps que sa jambe avec le deuxième, et trop imposante pour le troisième, finit par terre comme la danseuse dans la parodie du grand pas d’Auber (on se situe dans la même veine). 

 

Photobucket

Photo d’Alice Pennefather
Un flamand rose sur un mur qui picote du pain dur…
 

Photo de Bill Cooper


Laura Morera, comme l’avait prédit la guichetière, est extraordinaire. Tout à fait monstrueuse. Sa façon de pencher la tête en avant rappelle à tout instant sa marotte sanguinaire, mieux encore que d’incessants “Qu’on lui coupe la tête !”, et crée un contraste détonant entre cette inclisaison sénile et ses arbitraires enfantillages. Cette gamine gâteuse poursuit en effet les têtes avec la même avidité que les petits gâteaux rouge pailleté que dégustrerait une vieille dame à l’heure du thé. Elle peut bien pleurer au procès  sommaire qu’elle tient contre le prétendant d’Alice, tous les témoins entassés dans des box en cartes à jouer, elle n’en revient pas moins toujours à l’attaque, tête penchée : une véritable désaxée. Tout comme la hache tombée en trois temps entre le deuxième et troisième acte : 1, elle se détache du ciel ; 2, le regard rebondit sur la goutte de sang qui perle et s’avère être un coeur ; 3, sur la lame s’affiche un “Interval” qui coupe court à l’action, mais pas au rire. 

Après une telle animation, on traine des pieds sur le chemin du retour, redoutant l’inertie de la garden party. Mais que nenni, c’est à l’époque d’aujourd’hui que nous revenons, Alice et son prétendant devenu boyfriend en baskets se bécottant comme des amoureux sur un banc public, bientôt remplacés par l’ex lapin très british, bras de chemises retroussés, sûrement un professeur de littérature qui ouvre devant nous le roman de Lewis Carrol. Dernier éclat de rire, intérieur cette fois, parce que l’image de From-the-bridge a surgi comme un pop-up. Loin de moi l’idée de dire que mon prof d’anglais de prépa ressemble à un lapin, mais par cette même évidence saugrenue qui donne des yeux de poisson à Goerne, l’ex-lapin est devenu un professeur très grand, très fin, aux manches retroussées. Jusqu’au bout, le nonsense aura été parfaitement restitué, bien plus puissant que l’extravagance du conte. De fait, je me suis vraiment amusée de ce comique anglais, présent jusque dans la musique pétillante de Joby Talbot, sans laquelle le spectacle ne serait pas ce qu’il est. Cette partition originale (dans tous les sens du terme) nous change des créations sur fond musical insipide (La Petite Danseuse de Degas, 0 / Alice’s adventures in Wonderland, 1). 

 

2 réflexions sur « Alice’s adventures in wonderland: well done! »

  1. Il ne faut pas médire de la partition de La Petite Danseuse de Degas, c’est juste qu’elle ne se laisse pas écouter facilement.

    Sinon comme toi j’ai adoré Lauren Cuthbertson en Alice, Sergei Polunin qui faisait le Knave of Hearts à l’époque, hélas (mais tu peux te rattraper avec le DVD), la parodie de l’adage à la rose, les charmants flamants roses, les décors et les costumes… Qui as-tu vu en chapelier et en lapin blanc ?

    1. Ce n’est que par raccourci que je médis de la partition de La Petite Danseuse de Degas : ce qui est insipide, c’est la superposition de la chorégraphie sur une musique qui n’a, semble-t-il, pas été écoutée.

      Chapelier : tap dance man, Steven McRae
      Lapin blanc : Edward Watson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 5 =