Triple bill at Covent Garden

Samedi 14 avril
Photos plus tard, lorsque mon PC aura réappris le clic droit.
 

Dans Polyphonia, Christopher Wheeldon traque l’harmonie sur la musique dissonante de Ligeti : les danseurs, seuls ou en couples, sont autant de voix qui se superposent, se répondent ou s’ignorent. À tout instant le chaos devient canon, bientôt synchronisé à l’unisson, aussitôt décalé en cascade. Les ensembles désassemblés laissent parfois la place à des pas de deux plus troublants, où les dissonances menacent de se muer en discordances.

Les mouvements sont au diapason de la musique : aussi inattendus que la note qui suit – ou pas. S’il y avait plus de déhanchés, on jurerait voir du Balanchine. Ce sont les mêmes lignes, brisées et remodelées, et les mêmes justaucorps, ceinturés à la taille, à ceci près qu’ils ont leur propre tempérament : violet comme les Sweet Violets de Liam Scarlett – au point que j’ai cru à une inversion des deux titres. Mais Christopher Wheeldon possède un vocabulaire qui lui est propre, avec des portés où la danseuse n’est pas déployée par son partenaire, comme c’est souvent le cas d’habitude, dans les pas de deux amoureux où la passion porte toujours plus haut, plus loin, plus fort, au risque de devenir sportive ; au contraire, la danseuse est repliée sur sa jambe de terre loin devant elle, et son partenaire maintient ses hanches-fermoir comme s’il était garant d’un secret. Et si l’on s’écarte de la ligne, ce n’est pas au niveau des hanches, comme chez Balanchine, mais des genoux, seuls à pouvoir alors briser l’immobilité.

Enfin, parmi toutes les notes éparpillée, n’oublions pas la note d’humour, lorsque les danseuses plongent en avant, mains par terre, jambe repliée en parallèle montée derrière elle, ou lorsque deux danseurs aux gestes suspendus attendent un improbable accord pour prendre la pose finale. Le ballet en devient moins grinçant qu’agaçant un spectateur qui reste un peu sur sa faim alors qu’il n’en a pas perdu une miette.

À voir, une interview du chorégraphe, entrecoupée d’extraits (à 1’26).
 

*  *  *

Sweet violets n’a de commun avec Polyphonia que la couleur. Et un chorégraphe jeune. Très jeune, même, en ce qui concerne Liam Scarlett, qu’on dit prometteur parce qu’il est encore vert. J’avais déjà vu Asphodel Meadows, plein de beaux moments, mais plein jusqu’à la saturation, comme si le chorégraphe avait voulu en une pièce montrer toute l’étendue de sa créativité. Si la danse est plus aérée dans ce nouveau ballet, narratif, le foisonnement s’est retrouvé dans l’histoire, qui déborde d’échos n’occasionnant que confusion.

Au cœur de l’intrigue, une prostituée se fait assassiner. Peut-être par un inconnu, peut-être par Jack l’éventreur, peut-être par l’ami de Walter Sickert, un peintre fasciné par ce meurtre au point de le mettre en scène avec le danseur-assassin de la scène précédente, et de finir lui-même en meurtrier. A moins que la silhouette noire qui rôde soit bien Jack l’éventreur, et non la mort personnifiée. Toujours est-il qu’une deuxième prostituée se fait zigouiller. Ou bien un modèle du peintre. Ou une danseuse, tout bien pensé, vu que nos assassins potentiels vont puiser dans ce vivier de gambettes et de gorges bien fraîches – l’épisode n’est pas d’un intérêt exceptionnel, le public n’étant ni celui de la salle ni celui de la scène, mais la scénographie est extrêmement ingénieuse, avec sa guirlande lumineuse au sol pour symboliser la rampe (pour une fois le théâtre dans le théâtre n’échappe pas aux règles de la perspective). On n’a d’ailleurs pas lésiné, d’une manière générale, sur les costumes et les décors.

On arrive ainsi au paradoxe d’une danse très expressive (des corps, de leurs désirs, de leurs instincts) qui remonte des sensations jusqu’aux sentiments, mais ne parvient pas à raconter une histoire. En passant de l’abstrait au narratif, Liam Scarlett a épuré sa danse ; reste à se départir de l’anecdote… ou à embaucher un librettiste. Les scènes autour du lit pourraient ainsi s’émanciper, sorte de Rendez-vous inversé entre le jeune hommes et la mort.

 

*  *  *

Carbone life est aussi ambivalent que son composant : diamant brut ou graphite appelant la gomme. Il y a des moments totalement jouissifs, où l’on ferait bien corps avec le ballet, à l’enthousiasme soldatesque, et il y a des moments où ce ne sont plus les spectateurs mais les danseurs qui s’abandonnent – au plus grand nawak. Je n’aurais pas vu grand inconvénient à fermer les yeux dans, voire sur, ces moments, si je ne devais déjà me boucher les oreilles à cause des chanteurs, enfin, des gueuleurs présents sur scène. Faut-il nécessairement faire mal aux tympans pour être rock’n’roll ? Une chose est sûre, ceux-là, je ne les inviterais pas dans mon Appartement. Ils m’ont gâché une pièce par ailleurs très travaillée au niveau de la scénographie et des lumières : des formes géométriques qui répondent aux costumes improbables des danseurs. Je reste perplexe : serai-je toujours déçue par Wayne McGregor parce qu’il est le chorégraphe d’un Genus où serait passé tout son génie ?

6 réflexions sur « Triple bill at Covent Garden »

  1. Merci pour ce compte-rendu ! Ce ballet c’est un peu mon raté de la saison : aller exprès à Londres pour finalement être trop mal placée pour voir quoi que ce soit, ce n’était pas très malin, et on ne m’y reprendra plus.

    Je trouve assez drôle d’avoir pu confondre Sweet Violets et Polyphonia en raison de la couleur des justaucorps, j’avoue que ça ne m’étais pas venu à l’esprit… Si tu as vu Alice in Wonderland, tu remarqueras que ce pas où la danseuse “plonge en avant, mains par terre, jambe repliée en parallèle montée derrière elle” est le même que celui des charmants flamants roses.

    Le titre du dernier est Carbon Life, et j’adhère tout à fait à ta description…

    J’ai hâte de lire tes impressions de grande littéraire sur Manon maintenant 🙂

    1. Ah, mais tu me spoiles tout avec les flamands roses ! Je préparais justement le terrain pour n’avoir plus qu’à le reprendre dans mon prochain billet. Sinon, j’aurais plutôt parlé du drôle de pas de deux où la danseuse, en appui sur les genoux du danseur (il me semble – ou alors tenue à la taille), avance en faisant au ralenti des espèces de temps de flèches en arrière, genoux pliés. Cela donnait une drôle d’impression d’apesanteur.

      Je vais enlever le “e” de “carbone”, c’est dingue comme on a vite fait de franciser (la dernière tentation récente, c’était Apartment).

      Quant à Manon, je ne crois pas que mes impressions seront très littéraires ; c’est plutôt ta position, là, pour le coup…

    2. Oups désolée pour les flamingos 😉
      Je n’ai vraiment rien vu, il faudra que je me procure la DVD s’il existe…

      Et c’est toi-même qui m’avais conseillé de faire des articles de fond, alors voilà. Mais tu relèves toujours des choses très intéressantes des spectacles auxquels tu assistes, donc je compte sur ta connaissance de Prévost pour nous en faire un joli compte-rendu…

    3. Je ne me souviens pas de ce conseil, mais je le trouve bon. Pour parfaire l’amnésie, j’ai comme qui dirait oublié de chroniquer Manon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un + cinq =