American Sniper

Après avoir vu Stalingrad, je pouvais bien voir American Sniper. C’est du moins ce que je me disais. Sauf que. Cela ne fait pas du tout le même effet. Même tourné en couleurs, Stalingrad est essentiellement un film en noir et blanc, un film de livre d’histoire, où le rouge est moins affaire de sang que de propagande. Au milieu de l’enfer verdâtre et boueux, noir et blanc, les yeux bleus technicolor de Jude Law crient Jude Law : la belle gueule, l’acteur. Les yeux bleus de Bradley Cooper, eux, ne me disent rien1 et surtout, ils ne sont pas embourbés dans un visage d’argile : en Irak, les soldats ont les joues nues et prennent des coups de soleil. Le monde n’est pas verdâtre, il est lumineux, plein de sable et de soleil. Ce qu’évoque ce monde, ce ne sont pas des images d’archive, mais des images télévisées, des images que l’on a vues au moment de leur première diffusion, que l’on a vues pour certaines en boucle – l’écroulement des Twin Towers, qui marque le départ pour Chris Kyle.

Chris Kyle, héros du film et de l’armée américaine, c’est le type droit dans ses bottes de cowboy, qui pas un instant ne jouera au cow-boy sur le terrain, malgré ses lunettes de soleil à la Top Gun et le surnom qu’il ne tarde pas à gagner par ses tirs précis : The Legendest une marmule texane élevée le fusil de chasse à l’épaule dans l’idée qu’il faut défendre les siens. Parabole paternelle sinon biblique : il ne sera ni la brebis qui, ne croyant pas à l’existence du mal, ne sait pas s’en défendre, ni le loup, qui perpétue le mal, mais le chien de berger qui sait en user quand il le faut pour défendre les siens. Tout le patriotisme américain, si difficile à comprendre depuis le vieux Continent incrédule où Machiavel et manichéisme sont inconciliables, est là, dans cette trinité animale. Toute l’obéissance du soldat, aussi.

Sur place, pas le temps de réfléchir aux bien-fondés de la guerre menée par les États-Unis : le seul qui exprime des doutes se fait tuer peu après. La désespérance est interdite2 : quand on tue à tour de bras, quand on risque à tout instant de se faire tuer, quand on assiste à des scènes de torture à la perceuse, la désespérance est le tabou suprême. Car si l’on n’est plus certain de sa légitimité, certain que l’on fait cela pour défendre les siens, pour quelque chose, alors on le fait pour rien et l’horreur s’en trouve décuplée, insoutenable. Tu m’étonnes que Chris soit à deux doigts de s’effondrer quand sa femme lui demande pourquoi il se sent obligé d’y retourner et, qu’avec la naïveté désarmante d’un enfant qui répond pourquoi ? à un parce que, elle rejette sa réponse-rempart : Pour défendre les nôtres. Il faut croire, en bloc – ce même bloc de papier que Chris trimballe avec lui depuis qu’il l’a volé, enfant, à l’église – une Bible qu’il ne lit pas et qui n’est pas bulletproof mais qui le protège, à sa manière.

Plus que les doutes du soldat, qui doit obéir aux ordres (fait rarissime pour un film de guerre, me semble-t-il, on n’en entend quasiment pas), c’est la désespérance de l’homme, trop humain, qui est interdite3 – ce n’est pas pour rien que Dieu, générique de la croyance, fait partie des idéaux défendus par l’armée américaine. For God and country. Chris doit défendre son pays, il doit défendre ses gars, pour eux comme pour lui. L’oeil sur le viseur, le doigt sur la gâchette, la seule question qui se pose est : doit-il tirer ? On le voit, à chaque fois, retarder le moment de presser la gâchette, ne pas tirer trop tôt pour ne pas faire de mort inutile, mais tout de même avant qu’il soit trop tard. Et on ne sait jamais. On ne sait pas si ce gamin, qui ramasse le lance-roquette d’un homme qui vient de se faire descendre, va réussir à le soulever et à le diriger contre les soldats américains. Derrière son arme, Chris l’insulte – c’est sa manière de prier pour ne pas avoir à le tuer ; quand le môme jette l’arme par terre avant de s’enfuir, le soulagement du sniper ressemble à un effondrement. Être tireur d’élite, c’est aussi tuer des femmes et des enfants lorsque leur camp les envoie parce que, peut-être, en face, ils n’oseront pas, ou ils hésiteront suffisamment longtemps pour que.

Forcément, à chaque fois qu’il rentre chez lui, pour retrouver sa femme, splendide, qu’il met régulièrement enceinte, celle-ci le trouve à chaque fois un peu plus ailleurs, un peu moins humain, carapacé derrière une musculature toujours plus impressionnante. I need you to be human, le supplie-t-elle. Lors des premières permissions, on le voit visionner des vidéos de tirs, enregistrées et vendues par l’ennemi (qui a lui aussi sa légende en la personne d’un sniper ex-champion olympique) ; lorsqu’il rentre définitivement chez lui, on voit à nouveau Chris devant la télévision, le salon résonne à nouveau de tirs, mais cette fois, l’écran est éteint – c’est dans sa tête que le film tourne en boucle. Il ne ment manifestement pas au psy lorsqu’il dit ne regretter aucun tir, ne rien regretter si ce n’est de ne pas avoir pu sauver davantage d’hommes. C’est cet aplomb, sûrement, qui lui permet de se réadapter à la vie normale, celle où l’on joue avec ses enfants (avec des armes qui ne sont pas du tout en plastique – scène complètement hallucinante, NRA approved). C’est cet aplomb, aussi, qui le perdra, puisqu’il se fait tuer sur le sol américain par un vétéran qu’il essayait d’aider. Non, les siens, ceux au nom duquel Chris s’est battu, ne méritaient peut-être pas tous qu’on les défende.

Clint Eastwood referme pudiquement la porte sur la question de la légitimité de la guerre en Irak : il ne dira rien qui entame ce patriotisme dont il a montré la beauté humaine, si ce n’est par le truchement d’une lettre – la lettre du soldat que, selon Chris, ses doutes ont tué. Clint Eastwood ne dira rien, parce que c’est un réalisateur et qu’un réalisateur ne dit pas, il montre : il montre le regard inquiet que la femme de Chris, pourtant confiante, pose sur son mari lorsqu’il s’apprête à partir avec celui qui va le tuer. La porte se referme et tout est ébranlé.

Alors, non, American Sniper n’est pas un film de guerre, même si cela tire tout le temps, même si l’on est sous tension permanente avec le héros qui, indice, aurait aimé ne pas en être un. Lorsqu’à la sortie en urgence des camions américains succède un plan aérien, que l’on ne sait pas encore être celui des forces aériennes, la tension se relâche un bref instant et je suis prise de l’envie de chialer à la vue de la ville en ruine – non pas une usine, comme dans Stalingrad : une ville, avec ses minarets et ses coupoles superbes, le souvenir de ses habitants et de sa culture. Voir American Sniper et rentrer seule n’était peut-être pas la meilleure idée de vendredi soir qui soit, mais allez quand même le voir si vous vous en sentez.

Mit Palpatine, dont la manche droite du pull a grandement souffert.

 

1 Même s’ils devraient, car je les ai récemment vus dans Happiness Therapy – oups.

2 Le désespoir du vétéran peut être admis par la société, comme une maladie qu’il faut soigner, mais pas la désespérance du soldat : lorsqu’il cesse de croire (en Dieu, en lui, en son pays, peu importe), il cesse de croire en ce qui justifie ses actions ; il n’est plus soldat, mais criminel.

3 Autre lieu où la désespérance est interdite : la littérature jeunesse, où l’auteur peut aborder des thèmes graves du moment que ses personnages gardent espoir – cet espoir brandi comme un étendard pendant les guerres et que Malraux a mis en question en le mettant sur la couverture de son roman (ébranlé, il s’est raccroché à ce qu’il a pu : de l’idéologie). S’interdire le désespoir est une manière pour les soldats pour préserver l’enfant, c’est-à-dire l’humain, qui est en eux : on n’aurait jamais vu un soldat jouer à la GameBoy en plein service (première fois que je vois une telle scène) si la foi en l’homme n’avait pas été au centre du film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze + dix =