Baptême de Passion

J’assistai samedi à ma première Passion de Bach, selon saint Jean. Baptisée au nom…

 

du père…

Notre Père, qui êtes aux cieux, merci d’avoir installé un prompteur dans ceux de la Philharmonie. On a enfin des surtitres. Alléluia ! o/

 

du fils…

Jésus en croix. Que de peines pour en arriver là ! Non, mais le christianisme, quoi ! Religion de mystère, à n’en pas douter. Tu m’étonnes qu’il faille des siècles d’exégèse pour réussir à trouver une quelconque cohérence dans ce bric-à-brac. À plusieurs reprises, je me demande si je n’ai pas piqué du nez, tant on passe du coq à l’âne, des péchés rachetés de manière grandiose à la tunique du Christ qu’on tire à pile ou face parce qu’elle n’a pas de couture (sic), en passant par les bandes enduites de myrrhe pour envelopper le cadavre (un Christ-momie !). Y a-t-il un narrateur à bord ? Et non, Jésus, on ne me la fait pas, pas moyen de répondre à ma question par une autre question, même si, au passage, cela fait réviser la conjugaison de sprechen. Pilate sprach, Jésus antwortete… On dirait ces conversations cancanières où les dialogues sont recréés de toute pièce à base de Alors je lui ai ditalors il m’a dit.

En bonne agnostique, je me repens d’être si inculte : il faudrait vraiment que je fasse quelques lectures bibliques, parce que je suis tombée de l’armoire en découvrant que Pilate (que je rencontre plutôt au studio de danse, mea culpa), à plusieurs reprises, est allé dire aux Juifs qu’il ne trouvait aucun crime dans l’homme qu’ils lui avaient amené. La loi des Juifs qui veut la mort de celui qui se désigne comme le fils de Dieu (mais interdit de le tuer, pratique pour ne pas se salir les mains) me fait penser à cette blague sur un homme enfoncé dans les sables mouvants qui refuse l’aide des pompiers parce que Dieu doit lui venir en aide et, une fois au paradis, se lamente auprès de Dieu qu’il ne lui est pas venu en aide : Mais je vous ai envoyé les pompiers ! s’exclame Dieu. Bref, ce n’est pas le tout d’avoir un sauveur ; encore faut-il le reconnaître. Quelque part, je me demande s’il n’est pas plus facile de le tuer pour continuer à espérer sa venue plutôt que de troquer son attente contre celle du jugement dernier. Perso, j’attends Godot.

 

et du Saint-Esprit.

Le Saint-Esprit : Bach, donc. Comme le Christ, la musique de Bach porte en elle et la souffrance et son apaisement. Son apaisement, surtout. On dirait un baume. J’aurais pu passer le concert à écouter cette même réplique : Jesus von Nazareth. Bach n’étant pas Glass, le récitatif a évidemment continué, les decrescendos ponctuant chaque verset (on redécouvre alors que la ponctuation est affaire de respiration). Je m’étonne du génie avec lequel certains passages sont illustrés : les archets s’abattent sur la contrebasse et l’un des violoncelles lorsque Jésus reçoit des coups de fouet et les pupitres se dispersent lorsque la foule se fait vindicative. Je ne comprends toujours pas, mais Pascal me dirait qu’il est bon d’humilier la raison ; j’entends, et ne peux qu’éprouver la vérité de cette phrase de Cioran : « S’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu. » (Ce serait une idée de le lire, un jour, avant ou après la Bible.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − 11 =