Bas-fonds forestiers

(Les potentiels spoilers ont été repoussés en bas de page.)

Le Japon est un pays où il fait décidément bon mourir. Après les falaises de Tojinbo dans Le cœur régulier, Gus Van Sant plonge Arthur, le personnage principal de The Sea of Trees, dans la forêt d’Adokigahara. Le problème d’aller se suicider à l’endroit donné comme première réponse par Google à la requête Perfect place to die, c’est qu’on n’y est pas le seul : Arthur croise un homme hagard et perdu qui, après s’être entaillé les poignets, a changé d’avis. En lui venant en aide, il se met en peine de repousser la mort qu’il est pourtant venu chercher, en apnée dans un océan d’arbres et de roches accidenté qui semble ne jamais devoir finir.

Des images de sa vie passée surgissent alors que sa vie présente est en danger, mais elles sont bien trop développées pour que l’on puisse les assimiler au film qu’on rembobinerait au moment de mourir. Ces scènes domestiques en plein survival movie, assez déconcertantes, sont en réalité exactement l’inverse : concertantes, à faire peu à peu converger des éléments épars, jusqu’à ce qu’ils fassent signe, symbole et enfin sens. Une alliance, une orchidée, un mot traduit au hasard d’une conversation… le signe est toujours délicat parce qu’il est à peine un symbole, toujours un détail qui peut en rester un, poussé en avant par le flux de l’histoire1 et aussitôt emporté dans son reflux, dans un sourire. On pourra mettre plein de gros mots dessus : culpabilité, purgatoire, fantastique2, rédemption ; on ne fera qu’occulter la délicatesse et la force de cette histoire qui ne se laisse pas résumer. Il faut l’éprouver dans les traits de Matthew McConaughey : même en professeur d’université, l’acteur conserve une âpreté que les cinéastes ont envie, et on les comprend, de frotter au rugueux de l’existence – écorce d’une forêt japonaise ou boue du Mississippi, peu importe, un matériau brut au contact duquel aviver nos souvenirs3.


1
J’aime beaucoup la manière d’attirer l’attention sur un détail, par exemple sur l’alliance, seul bout de métal qui reste lors du passage sous les portiques de sécurité à l’aéroport…
2 Le vrai bon fantastique : celui qui se laisse rationnellement expliquer point par point, mais qu’on ne peut s’empêcher de préférer dans sa globalité. Le seul élément qui m’a semblé « forcé » ne relève pas de l’histoire mais du récit : je trouvais que c’était d’une rare impolitesse ethno-centrée que de si peu s’intéresser à l’histoire de l’homme japonais, sous le prétexte que l’on ne pouvait pas comprendre sa culture… Le souvenir de Real qu’a déclenchée son apparition aurait dû me mettre la puce à l’oreille plus tôt. ^^
3 Nos souvenirs n’est certes pas une traduction idiote une fois que l’on a vu le film, mais c’est d’une platitude…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × un =