Bohemian Rhapsody

Du bon son et du bon sentiment nuancé*. Même sans connaître le groupe (je connaissais en réalité pas mal de chansons sans nécessairement savoir qu’elles étaient de Queen), ça passe crème (selon l’expression palpatinienne consacrée – chez moi, ce sont des lettres à la poste). Puis Rami Malek est fascinant de présence avec ses faux yeux bleus et ses fausses dents de lapin. C’en est dérangeant : je ne sais pas si l’on remarquerait qu’il joue si bien s’il ne les avait pas (lorsque la beauté est canonique, on la remarque avant de remarquer le jeu, qu’elle tend à éclipser).

* Pas mal apprécié le traitement des origines, que Farrokh Bulsara renie pour s’inventer Freddie Mercurie, avant de renouer et boucler la boucle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + 14 =