Bohemian Rhapsody

Du bon son et du bon sentiment nuancé*. Même sans connaître le groupe (je connaissais en réalité pas mal de chansons sans nécessairement savoir qu’elles étaient de Queen), ça passe crème (selon l’expression palpatinienne consacrée – chez moi, ce sont des lettres à la poste). Puis Rami Malek est fascinant de présence avec ses faux yeux bleus et ses fausses dents de lapin. C’en est dérangeant : je ne sais pas si l’on remarquerait qu’il joue si bien s’il ne les avait pas (lorsque la beauté est canonique, on la remarque avant de remarquer le jeu, qu’elle tend à éclipser).

* Pas mal apprécié le traitement des origines, que Farrokh Bulsara renie pour s’inventer Freddie Mercurie, avant de renouer et boucler la boucle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 − un =