Cendrillon en stilettos

Les contes sont de saisons : après Into the woods au Châtelet, direction Chaillot pour la Cendrillon de Thierry Malandain. Maintenant que mon expérience balletomane s’est un peu étoffée, je suis forcée de constater, à regret, que son vocabulaire chorégraphique est n’est pas très riche mais son style joyeusement bourrin et son sens de la mise en scène continuent à m’attirer1 – et me rappellent ce que disait Karen Kain dans son autobiographie à propos de Roland Petit : que c’était un chorégraphe moyen mais un magicien de la scène. La pluie de stilettos en guise de décor fournit ainsi un ciel étoilé de circonstance ; les béquilles de la belle-mère sont une amusante trouvaille pour la rendre à la fois grabataire et menaçante (et puis, c’est encore mieux que la barre pour faire de super temps de flèche) ; les mannequins en longues robes noires qui me rappellent Alaïa participent à un bal des fantômes comme je n’en ai pas vus depuis mes années J’aime lire ; et les voiles des danses arabes remplacés par des longs fils qui font ressembler les danseuses à Maestro ainsi que les danses moins espagnoles qu’almadovaresques m’ont bien fait rire.

 

 photo Cendrillon_Olivier_Houeix_zpsa90023cf.jpg

Prendre son pied en promenade attitude, une jolie trouvaille chorégraphique (j’ai aussi souri aux doigts qui s’agitent lorsque les amants tendent l’un vers l’autre).

 

Thierry Malandain, de son propre aveu, n’a pas cherché « midi à quatorze heures » et le « plaisir certain » avec lequel il a monté ce spectacle est visiblement partagé par les interprètes, qui le transmettent à leur tour au public. Il y a cette fille qui a toujours l’air de se retenir de rire de joie, ce petit maître de ballet bondissant, des danseuses avec de la poitrine et de l’aplomb, une Cendrillon japonaise d’une grande fraîcheur, un danseur un peu séducteur, une fée tout en longueur, qu’on dirait maigre si elle n’était si musclée et que l’on verrait bien courir avec un dossard sur le dos (même si sa robe légèrement pailletée lui va comme un gant), des danseurs trapus travestis pour incarner les deux sœurs et un grand maigrichon aux moues de grande folle pour leur servir de mère… Le style un peu acrobatique et très musculaire du chorégraphe attire et développe des cuisses impressionnantes des physiques étonnants, dont le dénominateur commun n’est plus la minceur mais la musculature. Cette diversité a un petit côté venez comme vous êtes qui rend crédible la volonté du chorégraphe de s’adresser à tous avec une Cendrillon qui ne sera peut-être pas inoubliable2 mais qui a le mérite d’être et d’être sans prétention.

À lire, l’interview du chorégraphe par Danses avec la plume

1 Les ballets de Malandain se rapprochent de ce qu’une version un peu (beaucoup) plus douée de moi aurait pu faire, ce qui explique peut-être aussi l’irréductible sympathie qu’ils m’inspirent.

2 Laquelle l’est, en même temps ? Celle Noureev (où l’on ne procède pas non plus à l’essayage de la pantoufle, d’ailleurs) ? De Michael Corder ? Pour Thierry Malandain, c’est celle de Maguy Marin, qu’il me faudra donc voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + 16 =