Clavecin

J’avais déjà entendu du clavecin en CD et vu l’instrument exposé à la Cité de la musique, mais je n’en avais jamais entendu en concert – du moins pas seul, en récital. C’est désormais chose faite grâce au concert de Céline Frisch proposé par le théâtre de la Ville. Et chose à refaire car, si Ligeti au programme excitait Palpatine et ma curiosité, les pièces de William Byrd, qui constituaient l’essentiel du récital, m’ont également beaucoup plues. Un morceau entamé et c’est le robinet de notes qui est ouvert, nous éclaboussant de ses sonorités métalliques comme crépite le feu. Il ne manque d’ailleurs plus que ça : un feu de cheminée. La douche de lumière qui entoure la claveciniste est bien trop statique ; on s’attendrait à ce qu’elle vacille et grimpe, pleine de vie, jusqu’au double clavier. Je ne sais si c’est le motif de la veste de Céline Frisch ou le pull et la cordelette des lunettes de l’accordeur, mais j’ai l’impression d’écouter un lointain parent jouer dans une maison de campagne, un tapis moelleux sous les pieds. Point de torpeur cependant : à ces images se mêlent celles, anachroniques d’au moins deux siècles, des danses de Pride and Prejudice. De part et d’autre de cette Angleterre fantasmée surgissent les curieuses explorations de Ligeti : Continuum donne une idée de ce qu’aurait donné Einstein on the Beach au clavecin, qui à ce moment-là se rapproche étonnamment de l’orgue et du téléphone (imaginer ici une machine rétro-furturiste avec un clavier de synthétiseur et plein de LED rouges qui clignotent à qui mieux mieux) ; Passacaglia ungherese invente le clavecin mécanique, qu’on imagine jouer avec des cartes perforées ; quant à Hungarian rock, cet oxymore folklo, on le verrait bien dans la bande originale d’un Tim Burton avec des squelettes dansant le quadrille, accompagnés par un orchestre à l’harmonica et au banjo – parce que, s’il y a bien un truc étrange avec le clavecin, c’est que sa sonorité ressemble bien moins au piano qu’à n’importe quel instrument à corde. Pour le coup, l’anglais est moins fourbe : le clavecin est bien une harpsichord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 3 =