Le roman d’une garde-robe

Quoiqu’illustre inconnue, Alice Alleaume constitue un excellent fil directeur pour l’exposition du musée Carnavalet consacrée à la mode parisienne de la Belle époque aux années 1930 : Alice est une élégante qui collectionne robes et accessoires avec « un goût très sûr » (admirez l’ingéniosité du commissaire d’exposition pour présenter au visiteur les robes non griffées) mais aussi et surtout fille d’une couturière et première vendeuse chez Chéruit, une maison aujourd’hui disparue mais qui, à l’époque, a pignon sur la place Vendôme, tout comme Worth, où travaille sa sœur. Inclus dans une ribambelle de maisons dont on s’amuse à trouver celles qui ont survécu (Lanvin, Cartier…), ces noms qui ne nous disent plus grand-chose ont le mérite de nous plonger sans a priori dans le monde des maisons de couture et dans la vie de leurs employées aussi bien que de leurs clientes. C’est d’ailleurs l’une des premières choses qui nous surprennent, avec O. et Palpatine : il ne semble pas y avoir une grande différence sociale entre Alice et ses clientes. La vendeuse a visiblement les moyens de se constituer une garde-robe made in place Vendôme et, toute jeune, apprend l’anglais pour répondre aux besoins d’une clientèle en grande partie étrangère – américaine, notamment. Sans légende, le tableau figurant la sortie des employées des maisons de couture semblerait représenter celle d’un salon.

Carnets de vente, listes de clientes, lettres de commandes, répertoire des modèles déposés avec des échantillons d’étoffe pour lutter contre la contrefaçon (mais tout le monde ou presque sait coudre à l’époque, non ?), photographies des essayages, gravures des magazines de mode… contre toute attente, c’est la documentation qui se révèle la plus intéressante. Les carnets de bal me laissent rêveuse : nul doute qu’aujourd’hui, ces feuillets accompagnés de crayons miniatures seraient à l’effigie d’Hello Kitty. La liste des danses, à côté desquelles on inscrivait le nom de chacun de ses cavaliers, donne une tout autre idée de la fête, organisée, cadrée – terriblement prévisible, penserait-on aujourd’hui, mais alors peut-être terriblement excitante pour cette raison même. L’exposition donne également vie au livret ouvrier, qui jusqu’à présent n’existait que dans mes cours d’histoire de khâgne. Cette espèce de carnet de correspondance porte les traces de la vogue anthropométrique : on apprend ainsi que la mère d’Alice avait le front « haut », le visage « ovale », le menton « rond », le nez « moyen » et la bouche « moyenne ». « Je serais complètement déprimée si on me décrivait comme ça », observe O. Plus réjouissantes, les illustrations de Sem à la limite de la caricature ; celle sur l’essayage des feutres ne dépareillerait pas dans Monsieur.

La soixantaine de modèles et la centaine d’accessoires exposés suscite moins l’admiration que l’étonnement et la curiosité : que devient la cage thoracique comprimée dans cette robe corsetée ? Ah, c’est à cela que ressemble une plume d’autruche ! (Cela vieillit fort mal.) Ce qui saute aux yeux, surtout, c’est le contraste entre les robes corsetées de la Belle époque et les drapés amples simplement retenus aux hanches des années 1920. Comme dirait O., « tu t’es fait suer pour avoir une taille fine et, au final, ça ne sert à rien, on ne le voit même plus ». Passé l’étourdissement suite à l’abandon du corset (trop d’oxygène d’un coup), on a dû se rendre compte que ces robes ne ressemblait pas à grand-chose et des coupes un peu plus cintrées réapparaissent à la fin des années 1930. On y est !

« Le roman d’un garde-robe » est une exposition fort bien conçue, jusqu’à la typographie des titres des cartels… Une fois n’est pas coutume, je n’ai pas attendu les derniers jours pour y aller : si jamais j’ai éveillé votre curiosité, vous avez jusqu’au 16 mars pour la visiter.

À lire : le dossier de presse 
À voir : quelques photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − onze =