Coney Island

Métro-conserve dans la lumière de fin d'après-midi.

Nous nous sommes rendus à Coney Island en fin d’après-midi, en pleine semaine : il n’y avait presque personne. D’autres badauds français, quelques locaux, des pêcheurs sur le ponton et des écolières sur la plage, reparties avec les rayons de soleil dans un bus scolaire jaune bardé d’inscriptions en hébreu.

Bout d'une fresque 'Coney Island' avec grillages et un bout de la grande roue qui apparaît un peu floue derrière

La lumière déclinante sied aux attractions vintage, regroupées dans plusieurs parcs concurrents, tous grillagés. Le lieu a quelque chose de suranné, même s’il est bien plus moderne que ce qu’en montre Woody Allen dans Wonder Wheel – à mon étonnement, je découvre qu’il existe bien une grande roue éponyme.

Looping dans la lumière déclinante

Une attraction et un lampadaire dans le bleu du ciel

La fête foraine fantôme qui nous a avalés à la sortie du métro nous recrache rapidement sur la promenade en bois qui longe les baraques et la plage.  Il fait trop froid pour se déchausser et marcher pieds nus dans le sable, mais on entend le ressac de la mer et, hormis Thunderbolt et quelques autres attractions du même acabit, plus aucun trait vertical ne vient heurter le regard ; l’œil se repose dans l’horizontalité de la plage, de la mer, des rayons, de l’horizon.

 *
*         *

Nom de la station vu à l'envers, avec un magasin de bonbons derrière - en sépia

Il fait quand même frisquet, dans les fifties.

Ombres de Palpatine et moi sur la carte du parc, en sépia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 − deux =