Cuisse hard !

La quête ardue de la cuissarde. Bientôt à vos trousses.

[Post à haute teneur en bas babillage de fillasse, fortement déconseillé à toute personne masculine, a fortiori ayant dépassé la vingtaine]

Je veux des cuissardes !

Combien de fois Melendili m’a entendu poussé ce cri du cœur / souhait / rêve le plus fou / regret me mettant la mort dans l’âme (qui, comme chacun sait depuis Cendrillon, réside dans le pied, auquel il convient de trouver une chaussure adéquate). Elle est restée stoïque pendant trois ans, mais la mode ayant tournée (mieux que du lait caillé, fort heureusement), elle a décrété cette année dead-line ; sous-entendu, si je n’en trouve pas cette année, c’est que je suis une emmerdeuse patentée –reste à prouver que l’infirmation de la conditionnelle entraîne directement celle de la qualification, ce qui serait assez peu scientifique, ne nous souvenons pas de notre Karl Hempel.

Tout d’abord, laissez-moi vous présenter le modèle de mes rêves, qui n’existe nulle part sauf peut-être chez Hermès, mais alors le prix à quatre chiffres fait aussitôt basculer le modèle dans la non-existence ; un pur potentiel pas même possible. L’Idée kantienne de la cuissarde : noire, en nubuck ou en tissu, à talon carré, stable, d’environ 5 ou 6 centimètres, qui arrive dix bons centimètres au-dessus du genou et épouse la galbe de la jambe. On dirait une pub Extrême, mais version chaussures, je sais, inutile de me le rappeler.

Mais l’Idée kantienne, même de la cuissarde, n’est qu’un simple horizon sur lequel articuler ses recherches. Trouver un phénomène approchant est une autre paire de godasses. Et chaque écart de l’original perdu dans les replis de l’origine recèle une complication.

Noir. Les autres couleurs seraient difficiles à assortir à mes minijupes.

Nubuck. Le principal écueil, c’est le cuir noir brillant qui, dans le meilleur des cas, vous fait ressembler à une dompteuse de tigre, et plus probablement à Pretty Woman (pas à Julia Roberts, malheureusement, seulement à la caricature de la « professionnelle » – j’ai mis deux cents ans à comprendre quelles étaient les « professionnelles » auquel un magazine féminin retiré l’exclusivité des cuissardes ; c’est dire que je suis à mille lieues de craindre une association dans l’esprit des gens).

Talon carré, stable. L’aiguille est à proscrire pour la raison mentionnée ci-dessus. La prostituée toxico, décidemment, ça ne le fait pas. Puis si l’objet est trop suggestif pour certains, il faut encore pouvoir courir. De même s’il ne l’est pas du tout pour d’autres ; le conducteur du RER, malheureusement insensible au charme de la chaussure, ne vous attendra pas sous prétexte que vous avez mis un quart d’heure à les enfiler.

Talon de 5 ou 6 centimètres. Plus haut, cela nuirait au confort, et il ne faut pas se leurrer, la cuissarde est un rêve de frileuse qui va pouvoir avoir bien chaud aux jambes, même quand ses grandes chaussettes rayées sont toutes au sale, même en minijupe, même en plein hiver. Plus bas, vous avez l’air de sortir du cours d’équitation, ou pire, du chalutier. Faire les essayages avec un pantacourt jaune orangé de danse est le meilleur moyen de sonder le potentiel de botte de pêcheur qui sommeille dans la cuissarde – ça a tôt fait de virer au ciré. Et roulé en mini-short boudin sous un T-shirt informe, c’est tellement sexy.

Dix centimètres au-dessus du genou. Quand vous êtes grande, la cuissarde a la ridicule tendance de se transformer en botte bâtarde, qui s’arrête à mi-genou.

Epouse le galbe de la jambe (je pense me reconvertir dans la pub pour collants) Cela va avec la mise à l’écart de la démarche cavalière et pécheresse. Empêche que vous ne mutiez en clown ou cow-boy. Elimine les pompons, les clous, les boucles et autres effets plissés indésirables. Fait une belle jambe.


A toutes ces difficultés d’ordre stylistique s’an ajoutent d’autres, pratiques.

Le prix. J’ai pu croiser l’idéal incarné dans une vitrine italienne, mais les deux zéros derrière le 6 ont eu l’effet de balles qui ont descendu l’idéal, grimpé trop haut.

La chaussure. C’est idiot, mais tout ce tissu pourrait nous faire oublier que la cuissarde n’est pas un vêtement et que par conséquent des impératifs de largeur et de cambrure sont à respecter – et il n’y a bien que là que j’ai trop de coup de pied.

Comme dans toute quête se profilent des (més)aventures. Faire les essayages en pantacourt est comme nous l’avons vu fort peu dans le ton (davantage dans le thon, en revanche) ; la jupe, qui l’est bien plus, a cependant l’inconvénient d’être un peu courte pour pouvoir se pencher et se démener convenablement pour enfoncer son pied dans les entrailles de la bête. Et ne parlons pas de les retirer lorsque le modèle ne convient pas : il faut prolonger la barre en terre par des étirements en quatrième devant si l’on ne veut pas faire sa Médusa (5’58). On va donc de déconvenue en déconvenue. Parfois, le Graal semble à porter de pied : chez Cosmo, de magnifiques cuissardes chaussettes qui n’arrivent pas dix centimètres au-dessus du genou, mais carrément à dix centimètres des hanches. Mais vous pouvez shooter dedans, ce Graal n’était évidemment qu’une réplique destinée à vous leurrer amèrement : en chaussant du 41, il faudrait avoir des cuisses comme des poteaux pour que ça ne vienne pas tire-bouchonner aux genoux. Ou utiliser des porte-jarretelles, mais là, rien ne sert de tant se fatiguer, autant prendre tout de suite des cuissardes vernies noir à talons aiguille et les assortir avec une jupe ceinture.

Et alors vous n’y croyez plus, vous trouvez. Pas très hautes au-dessus du genou, ni vraiment moulantes, mais des cuissardes faciles à enfiler, confortables, pas vulgaires, qui vous plaisent et qui sont dans vos moyens. Vous m’étonnez après ces rocambolesques aventures moyenâgeuses qu’il y ait des filles qu
i croient au prince charmant.

5 réflexions sur « Cuisse hard ! »

    1. Curieuse de les voir ces cuissardes !

      Hé mince, tu viens de me redonner espoir dans ma quête des cuissardes. Sauf que…outre le prix de l’objet désiré, je vais devoir investir dans de nouvelles jupes et dans une formation pour marcher avec des talons.

    2. Melendili et Bamboo >> J’essayerai de penser à les prendre en photo quand je les mettrai (pas assez froid encore pour les étrenner dignement).

      Lluciole >> Avec de bons talons carrés bien stables, pas besoin de cours de maintien, on peut même courir avec. Même si la chaussure est magnifique, je préfère renoncer si je sens que je risque de “marcher comme un travelo débutant”, pour reprendre l’expression de Melendili qui m’avait bien fait rire.
      Puis les minijupes, c’est génial – faut juste se freiner – non, non, pas une noire, tu en as déjà deux.

      Inci >> Et puis Evinrude !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × 5 =