De Dusapin et Duruflé

Concert du lundi 8 juin avec le Münchener Kammerorchester et le Rias Kammerchor

Geistliches Lied op. 30 m’a tellement plu que je suis prête à réviser mon préjugé contre Brahms. Il faudra voir s’il n’a pas triché, car j’ai un faible pour les choeurs et il est facile par là de m’émouvoir. Les mains d’Alexander Liebreich y sont peut-être aussi pour quelque chose, précises comme celles des danseuses indiennes et fluides comme une danseuse classique en rêverait. J’adore la manière qu’elles ont, après avoir intimé aux instruments de la boucler (boucle dans l’air), de faire respirer les dernières vibrations dans le silence (lente ouverture, caresse prolongée).

Pascal Dusapin continue de me fasciner. Quelques mois après Penthesilae1, je découvre Disputatio, composition cristalline sur un texte d’Alcuin, savant du VIIe siècle. Le dialogue maître-élève rappelle la dialectique socratique, sans qu’il y ait jamais l’amorce d’un raisonnement : le monde se saisit par la définition de ce qui est, définition mi-tautologique mi-poétique appliquée à tout et à rien. On n’est pas loin des élucubrations grammaticales et pour ainsi dire surréalistes d’Aristote lorsqu’il s’attache à montrer qu’une chose ne peut pas à la fois être et ne pas être. Alcuin a bien retenu la subtilité (une chose ne peut pas être elle-même et son contraire en même temps et sous le même rapport) et la tourne sous forme de devinette : qu’est-ce qui à la fois est et n’est pas ? Rien, répond le disciple, car rien est par le mot et n’est pas par la chose. Le disciple est un choeur de trois jeunes femmes aux voix incroyablement pures et aiguës, qui vous tiennent des Quid est aux « i » infinis. Associées à l’harmonica de verre, ces voix, bien plus que les définitions qui sont données comme réponses à leurs questions, donnent le monde comme transparent. Le maître, incarné par un choeur mixte plus nombreux et plus grave, vient polir ce que cette curiosité aiguë peut avoir, dans sa fragilité, de blessant pour nos oreilles. Et le dialogue passe, dans un souffle.

À l’entracte, nous confions une banane au « gardien de la nourriture » et c’est l’estomac serein que nous abordons le Requiem de Duruflé. Contrairement à la première écoute, ce n’est pas tant le choeur qui me subjugue, même s’il est de toute beauté, mais la mezzo-soprano. Assise sur sa chaise, les pans d’une veste délirante tombant en froufrous de néoprène de part et d’autre, son allure déjà m’étonne en me rappelant le personnage dessiné de Robin Wright dans Le Congrès : même coupe de cheveux, même dos très droit, même port de tête, cou étiré. Sa voix se révèle tout aussi étonnante ; je ne l’aurais pas soupçonnée si forte, si belle, sortant d’un corps aussi mince. L’alliage germano-grecque ? Il faudra que je me souvienne du nom de Stella Doufexis pour l’écouter à nouveau.


1
« Après plus de deux années consacrées à la composition de mon opéra Penthesilea, où tous les protagonistes se déchirent et se massacrent comme des fauves pour aboutir à un néant mortifère total, aborder les profondeurs sereines d’un jeu de questions-réponses ontologiques m’a fait beaucoup de bien… » Pascal Dusapin, note du programme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + 19 =