Dernièrement Vu Depuis mon canapé

Swimming pool, de François Ozon, avec Charlotte Rampling dans le rôle d’une romancière de polars anglaise un peu coincée, que son éditeur-amant indifférent a envoyé prendre des vacances dans sa maison de campagne française, et Ludivigne Sagnier en potentielle belle-fille allumeuse. La bibliographie pleine de meurtres et de sang de la romancière, la piscine de la propriété, le rouge insistant du matelas gonflable, les corps qui bronzent au bord de l’eau à même le sol et les accords plaqués sur des instants anodins appelent un crime qui n’a pourtant pas lieu d’être. L’attente du spectateur finit par transpirer dans le film, au point que l’auteur de romans soit supplantée par l’auteur d’un crime. Avec pour seul mobile, la perspective d’un spectateur qui n’existe pas dans le film ensoleillé qui lui a été proposé.

Coco avant Chanel, d’Anne Fontaine, avec une Audrey Tautou faussement androgyne et un Benoît Poelvoorde qui avait encore quelques traces de chocolats sur la figure, dont je n’ai pas réussi à le débarbouiller, pour l’avoir vu il y a peu dans les Emotifs anonymes. N’oublions pas Alessandro Nivola déguisé en Jack Sparrow. Il y a une atmosphère biopic lorsque Coco pousse la chansonnette comme la môme, ou qu’elle loge au château de son ami, comme Sagan ou Sarah Bernhardt. L’histoire d’amour empiète sur l’histoire d’une vie : Chanel est le prétexte ; Coco, une faiblesse. C’est comme à regret (d’une vie de princesse) que la cousette devient  couturière à la toute fin du film. Destin et vocation épinglés n’en auront pas constitué le fil blanc ; c’est déjà ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 4 =