Elena, le cul entre deux chaises

Il y a deux legs des années 1980 qu’il vaut mieux oublier : les coupes de cheveux et les pièces de danse contemporaine. Quatre ans après 1980 vu par Pina Bausch, Anna Teresa de Keersmaeker créé Elena’s aria, que ses tics de contempo rendent tout aussi peu enthousiasmant.

 

Une rangée de chaises

Commençons par interdire les chaises aux chorégraphes contemporains. Il n’y a que James Thierrée pour être assis et danser. Sans vouloir faire mon indécrottable classique, la danse c’est quand même mieux sur ses pieds. Assis, c’est la position du spectateur, pas du danseur. Il ne faut pas s’étonner ensuite que les spectateurs prennent acte de l’inversion des rôles et se lèvent à leur tour. Rien d’inhabituel à cela, le théâtre de la Ville doit avoir le plus fort taux de départ en cours de spectacle – une L1 art du spectacle vivant, en somme. Ce qui continue de m’étonner, en revanche, c’est que les gonds des fauteuils pliables ne soient pas huilés en conséquence.

 

De la lumière avec parcimonie

Un bobo cultureux n’en est pas vraiment un s’il n’a pas de lunettes. Réjouis-toi, toi qui souffre d’une excellente vue, l’ambiance a été conçue de manière à ce que tu doives forcer sur tes yeux : encore une saison de spectacles dans ce goût-là et tu arboreras à ton tour une monture, au choix, noire et carrée, petite et rouge, ronde et écaille de tortue. Parfait pour ne pas voir que cela n’a aucun sens, contrairement à Cesena, qui était imprégné du mystère de l’aube.

 

En robe et talons aiguilles

On a inventé le lycra mais non, il faut des robes sans stretch, qui plissent bien pour montrer qu’on n’a cessé de les remonter et que ce n’est pas si facile, que c’est même carrément épuisant, d’être une femme libérée. Soi-disant.

On croyait aussi s’être libéré des pointes en sortant du classique mais les contraintes, c’est un moteur artistique : tant pis si les équilibres sur talon font des mollets pois chiches. Tant pis si on a l’air d’une poule qui a envie de faire pipi en tournant accroupie, fesses en l’air, moulées dans la robe retroussée.

 

La parole

La date de création de la pièce et la tenue des interprètes ne sont pas les seuls éléments qui fassent penser à la danse théâtre de Pina Bausch. On y parle. Ou plus exactement, on y lit : des lettres adressés aux hommes, absents de la scène. Je ne sais pas trop ce qui est le plus (in)compréhensible, du français prononcé avec un fort accent ou de l’allemand – en allemand dans le texte, parce que tu n’as pas le profil théâtre de la Ville si tu n’as pas fait allemand LV1. LV2 à la rigueur : là, tu comprendras que la narratrice était jeune et que John était un gros bâtard menteur.

 

Le ventilateur

Non seulement le ventilateur fait des danseuses des filles dans le vent mais, en l’absence de musique, il permet aux spectateurs tuberculeux de tousser tout leur soûl sans effet d’écho. L’effet secondaire, c’est qu’au bout d’un temps d’attente, lorsque les cheveux sont rabattus sur une mine renfrognée, bras et jambes croisés, on a envie d’aller chercher la coiffeuse pour lui dire qu’il est temps d’arrêter la machine et d’enlever les bigoudis.

 

La vidéoprojection

Des images d’archives sont vidéoprojetées : des immeubles et des ponts dynamités implosent en nuages de poussière. Ce serait impressionnant si la toile n’était pas au format double raisin, perdue sur un côté de la scène et si les danseuses, déjà à terre, ne se mettaient pas elles aussi à s’effondrer. Un moment de groupe qui, ne serait-ce la redondance, est assez beau.

 

De la musique après toute chose

La musique remplit beaucoup trop l’espace. Alors d’accord pour quelques extraits d’opéra mais des vieux enregistrements avec des grésillements, alors, et diffusés en sourdine, pas plus audibles que des souvenirs.

 

Bis repetita placent

Russell Maliphant peut répéter le même mouvement pendant un quart d’heure : il hypnotise – au point que, lorsque la chorégraphie reprend ses droits, c’est à regret que l’on s’arrache de ce mouvement repris jusqu’à l’extase. Lorsque l’arrêt d’une répétition provoque un soulagement, c’est qu’elle n’est ni envoûtante, ni fascinante, ni stimulante. Seulement redondante.

 

Lentement mais bâillement

De nature, je suis plus une extraordinaire fouine bondissante qu’une souris passée à la tapette. Mais j’ai appris à me calmer à regarder : pour preuve de ma sagesse naissante, j’en viens à préférer les Émeraudes aux Rubis dans les Joyaux de Balanchine et, plus fou encore, j’ai réitéré avec joie l’expérience de la danse japonaise. Seulement la lenteur d’Amagatsu n’a rien à voir avec celle de Keersmeaker : là où les corps enduits de blanc, longuement préparés, transforment la moindre respiration en mouvement fascinant, les danseuses rendues banales par leur panoplie de femme se voient obligées de marquer une pause pour faire entrer dans la danse un geste plus ou moins quotidien. En poussant à bout cette logique, on en arriverait à ne plus danser pour signifier la danse – la fameuse non-danse, que Kundera aurait pu rajouter à ses paradoxes terminaux.

Ce n’est pas insupportable. Ce n’est pas mauvais. Juste, cela ne m’intéresse pas. Je préfère réessayer Rain, je préfère être fascinée par Cesena, je préfère sortir de cette impasse – une voie à explorer, sûrement, avant de continuer son chemin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + quatre =