Faire du shoot-vitrine

 

Hermès nous fait une vitrine dans l’air du temps pluvieux,
avec des parapluies en emballage de fish and chips.

 

 

En face, des chaussures animées piétinaient dans la vitrine de Vuitton.

 

*      *
*

 

Non, ne vous pincez pas, en plus de proposer du beau linge, Harvey Nichols a des vitrines délirantes.

 

 

 

Arcimboldo principle,
l’objet redonne au matériau dont il est issu sa forme première :

 

 

Sans langue de bois, le crayon fait l’arbre ;

 

 

les cassettes audio connaissent la musique, elles composent le piano ;

 

 

et le livre fait de chacun le lecteur de lui-même.

 

*     *
*

 

Last but not least, l’aménagement complétement déjanté de chez Juicy couture
(27 Bruton street, pas loin de chez Stella Mc Cartney – la petite robe bleue a disparu).

 

 

Les photos sont interdites par la direction, mais le vendeur (qui a ensuite immédiatement conclu à une “bad cut” lorsque je lui ai expliqué pourquoi je n’allais pas transformer en achat l’essai de la robe) a fermé les yeux pour que j’en prenne tout de même une à la dérobée. Cela vaut la peine d’y faire un (dé)tour pour tout ce dont vous n’aurez aucune image : les cabines d’essyage avec bergère et papier peint toile de Jouy, cerf empaillé à tête de lapin, ombre rose d’un cavalier sur le mur, ou encore collerette en plumes collée sur un tableau à l’huile bien lisse… So british que cela ne parvient pas à être kitsch. I just love it. Je n’acheterai pas leurs fringues, mais j’embaucherais bien le décorateur.

Si j’avais vingt-cinq vies, je serais conceptrice de vitrines dans l’une d’elles ; finalement, une école de commerce peut déboucher sur quelque chose de fun et créatif.

2 réflexions sur « Faire du shoot-vitrine »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt + 20 =