Great age

À Rome, dans une discussion au creux de la nuit, s’est dessinée avec insistance l’idée que l’on passe sans doute une grande partie de sa vie à se défaire de ce que l’on a appris-absorbé-amalgamé au tout début, en quelques années. Apprendre à lâcher prise pour apprendre à mourir et finalement à vivre. Alors pourquoi pas intituler Youth un film qui voit la vie d’une station thermale par le prisme de deux amis âgés. Après tout, la sagesse nous envoie à l’enfance. Paolo Sorrentino se joue des tragédies, des drames et des tracas de la vie ; il n’appuie sur rien – les masseuses sont là pour ça – lui effleure et tout affleure : l’amour, le comique, les rancoeurs, l’amitié… tout déjà passé, tout à rejouer dans cette station thermale où les personnages secondaires ne le sont jamais vraiment, figurines de chair et d’affects dans les cases d’un calendrier de l’avent – avant la fin. (Je me demande si cela ne crée pas un genre film de station thermale, parce que Youth m’a fait penser à The Grand Budapst Hotel alors que l’esthétique n’est pas du tout la même).

Autour du réalisateur qui n’en finit pas de réaliser des films et du chef d’orchestre qui refuse de reprendre la baguette, fusse pour la reine d’Angleterre, orbitent une jeune masseuse aux oreilles décollées, qui masse consciencieusement les corps décrépis avant d’agiter le sien devant l’écran de sa console ; Miss Univers, pas née de la dernière pluie ; un acteur qui, las de n’être reconnu que pour le robot qu’il a joué, traîne la moustache hitlérienne de son prochain rôle jusque dans le restaurant de l’hôtel ; une star de rap obèse, qu’on dirait plutôt bedonnant pour le plaisir de l’allitération bête et bedonnant ; un petit garçon qui essaye de jouer du violon ; un alpiniste emprunté comme un nain de jardin et la fille du chef d’orchestre, qui continue à se soucier de lui en dépit de la surdité qu’il a manifestée envers elle et sa mère par le passé1. Une vraie galerie de personnages, croqués avec tendresse mais sans concession, au milieu de laquelle on déambule en souriant, sans avoir besoin de savoir où l’on va (puisqu’on ne le sait que trop bien : la vie, en général, quand ça finit, c’est que ça finit mal). C’est fin, jusque dans la caricature, et extrêmement malicieux – aussi malicieux que le regard noisette de l’ami berlinois de Palpatine, qui, à soixante-dix ans passés, semble toujours prêt à faire les quatre cents coups.

Mit Palpatine

 
1 La fille fait part de ses griefs à son père alors qu’ils sont immobilisés côte à côte… dans un enveloppement de boue. D’une manière générale, dans Youth, les corps donnent l’impression d’être risibles – sûrement parce nos petits tourments le deviennent lorsque le corps nous rattrape (et il nous rattrape toujours).   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 + huit =