La fascination du visible

Sur le moment, la fin d’Under the Skin m’a frustrée : moins à cause de l’absence d’explications (D’où vient cette créature de rêve et de cauchemar qui sillonne l’Écosse à camionnette pour appâter les hommes ? Pourquoi les fait-elle disparaître ?) que du manque de cohérence dans le suivi de l’intrigue (Que diable devient le motard qui récupère les corps ? Sans parler desdits corps.). Mi-curieux, mi-fasciné, on a suivi l’intrigante et voilà qu’elle disparaît sans crier gare, faisant disparaître avec elle tout espoir de résolution. Alors qu’on était si près de d’atteindre un parfait objet non identifié !

Cela fait pourtant une semaine que les images du film continuent de me hanter. L’affaire eût-elle été expliquée qu’elle aurait été classée. Irrésolue, elle persiste. Plus encore que l’incipit, où une forme noire, spatiale ou phallique, pénètre un œillet blanc pour s’ouvrir brusquement sur une pupille dilatée, c’est l’inquiétante étrangeté dans laquelle baigne le plus banal des quotidiens. À ce titre, le passage le plus marquant est certainement les lumières qui se reflètent sur ce qu’on met un certain temps à identifier comme un casque, le casque d’un motard qui roule sous un tunnel. La forme surgit en creux, dans le mouvement même de son effacement. Et c’est encore par l’effacement de tout environnement que Jonathan Glazer créé ses plus belles images : effacement par la blancheur, aussi chirurgicale qu’onirique, lorsque la créature semble dépecer le corps d’une femme à mesure qu’elle revêt ses vêtements (comme dans Proust ou les intermittences du cœur, le contrejour préserve la pudeur) ; effacement par un noir si profond qu’il en devient brillant, puis liquide lorsque les victimes masculines, suivant la créature de rêve, viennent y sombrer, comme dans des sables mouvants (ou le bassin d’or de la publicité pour le parfum de Dior, J’adôre). Aucune aridité cependant dans l’abstraction : plus le décor est abstrait, plus les corps sont présents. C’est nus et en érection que les hommes entrent en eau trouble et c’est de moins en moins habillée que la créature les y attire.

Le piège semble bien rôdé, jusqu’à ce que la créature attrape dans sa camionnette un jeune homme au visage difforme : les moqueries l’ayant rendu revêche à tout contact humain, la perspective du coït ne suffit pas, la créature doit en passer par une phase de préliminaires où – c’est une première – sa peau entre en contact avec celle de l’homme. Qu’elle laisse filer. Ébranlée, elle se défile, semblant désapprendre tout le savoir humain dont elle usait, s’arrêtant de conduire sa camionnette, qu’elle abandonne dans le brouillard, au milieu de la route. Elle qui ne sourit que pour obéir au mécanisme de la séduction, qui capture des hommes tranquillement, qui assiste à une noyade sans faire un geste, sans comprendre presque, voilà que l’humanité lui colle à la peau, transformant peu à peu la sensation en sentiment. Pour ressentir, il fallait d’abord sentir !

À mesure que s’estompe son indifférence, on comprend que c’est en réalité ce qui nous captive. Ne sachant pas ce qui sera significatif ou non, ne sachant donc pas quoi regarder, on regarde tout, avec attention : les passants, même laids, même médiocres (de futurs victimes ?), les rares paroles échangées, pourtant banales (s’y cacherait-il un indice ?), la route et de signalisation (dès fois que l’on devinerait où l’on va)… L’étrange n’est pas la créature mais nous, à travers le regard qu’elle pose sur nous. Et l’on est d’autant plus fasciné par son regard qu’on ne comprend pas tout de suite ce qu’il y a qui mérite d’être observé. Ce regard qui suspend le jugement et qui renouvelle le monde à nos yeux, sous nos yeux, n’est-ce pas là la définition même de la poésie ?

Il n’est pas sûr cependant que, pour renaître, ce monde ne doive être englouti. Il faut voir que la poésie n’intervient pas ici dans l’enchantement mais dans l’effroi de la fascination – fascination qui trouverait son origine dans le fascinus, le sexe dressé des hommes. Le désir de savoir (ce qu’il est advenu des hommes, disparus en pleine érection) mène à l’effroi : on voit l’homme pris dans le liquide noir comme dans du formol quand soudain, il ne reste de l’homme que la peau, qui se met à flotter, sans plus de consistance qu’un sac plastique.

Excité, le spectateur s’est enfoncé dans les eaux troubles du film, qu’il était venu voir attiré, appâté, par Scarlett Johansson (quitte à débander déchanter). Tout le monde ne parle que du corps de l’actrice (que l’on voit dans sa beauté et dans son imperfection, désacralisé) mais il faut une sacrée trempe pour se laisser filmer ainsi, s’abandonner à la caméra pour ensuite, à l’écran, devenir cette prédatrice qui nous happe du regard. Il faut une présence incroyable pour ne pas avoir l’air inexpressive, une présence que peu d’actrices possèdent (Mia W. est l’une de ces rares actrices, preuve que la sensualité dont il est question n’a que peu à voir avec les canons d’un corps désirable). Quelque chose qui a à voir avec la peau et que l’on ne voit pas. Quelque chose.

The true mystery of the world is the visible, not the invisible. Under the skin est en la manifestation si parfaite que le film prend fin lorsque l’on a la peau de la créature, de ce qu’il y avait en-dessous et que cela ne nous avance en rien. Autant une invisible rationalité aurait été compréhensible, autant le visible se refuse dans le mouvement même par lequel il se donne. Le mystère sait se faire désirer et c’est ce qui le rend si excitant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + 16 =