Le couturier qui travaillait les femmes au corps

Lorsque je flashe sur une robe dans un magazine, je peux être à peu près sûre qu’elle est de Hervé Léger, Paule Ka ou Azzedine Alaïa. J’ai fini par comprendre que le premier possède moins un style qu’un truc, déclinant la même technique de robe en robe ; j’ai découvert qu’avec des économies et des soldes importants je pouvais faire la folie de m’acheter une robe du second ; le troisième, en revanche, reste à la fois inaccessible (la robe la moins chère me coûterait un mois de salaire, et encore, si je négocie bien) et mystérieux (éclectique et peu médiatisé, il ne se plie pas ou pas toujours au jeu des défilés saisonniers, préférant la femme à la mode). Je ne pouvais donc pas manquer l’exposition du palais Galliera.

Tout n’est pas à mon goût, en particulier l’époque moumoute ethnique et livre de la jungle, et le couturier a même commis une faute impardonnable en aidant à la vulgarisation du legging (tout le monde n’a pas la silhouette d’Olivia Newton-John, Sandy dans Grease), mais l’étendue de son savoir-faire impressionne. Celui qui préfère se définir comme couturier que comme designer (on n’habille pas une femme d’un dessin) est un touche-à-tout, qui travaille aussi bien le cuir que le lycra ou des matières plus fun qui nécessitent d’être moulées, avec des techniques très diverses que je ne suis pas compétente pour énumérer mais qui incluent la découpe de motifs au laser !

La lecture des cartels et l’observation des robes sous toutes les coutures permet bientôt de dégager un style commun à ce qui semble d’abord relever de différentes modes. En fait de style, c’est surtout une silhouette, qui me plaît d’autant plus que je m’y reconnais : une petite poitrine et une taille assez marquée pour faire ressortir les hanches. Selon Alaïa, l’essentiel est le bas du dos : la chute de rein et les fesses, qu’il convient de rehausser par le vêtement et les talons – pour ce qui est de la poitrine, on s’en accommode toujours. On comprend rapidement que le créateur ne peut pas être gay. S’il aime les courbes des femmes, ce n’est pas comme des lignes abstraites qu’on redessine d’un croquis : c’est pour sa chair et ses muscles, dont le vêtement doit épouser les mouvements. Chacune de ses robes semble être une manière de faire l’amour à la femme qui la porte : il faut voir, sentir presque, les colliers qui enserrent le cou, les dos nus ménagés par le tissu qui revient de part et d’autres comme la caresse de deux mains, les dos ceinturés par des boucles, les laçages le long de la colonne vertébrale ou à la naissance des fesses, qu’il faudra bien qu’une main délace, les tailles serrées et les hanches fermement maintenues avant que que le reste du tissu ne s’évase dans un geste d’adoration de tout le corps… Comment ne pas se sentir belle dans ces robes qui font un cul d’enfer qui sont la forme même du désir ?

L’auteur des cartels s’en est donné à cœur joie, voyant dans les bandelettes ajourées de tendres coups de fouet et dans le maillage de pièces de cuir une douce cage pour victime consentante – moi aussi, je suis consentante, hein, je consens totalement à ce qu’on m’offre une de ces robes, même si je tendrais plus naturellement vers la robe structurée par une fermeture éclair en spirale (oh, oui, dézippe-moi !) ou la chemise à faux cul qui donne un faux air saut-du-lit et sent le syndrome du Parc à dix kilomètres à la ronde (oh, oui, fais-moi décoller !). Et pour ne pas attraper froid, je prendrai ce manteau d’inspiration militaire, plus sexy que n’importe quel uniforme.

 

Robe zip

Copyright Azzedine Alaïa
La robe zip !

 

Robe chemise

Photo d’Alain Truong
La robe-chemise 

 

Jamais je n’avais fait d’exposition si excitante. Dépêchez-vous : elle ferme le 26 janvier. N’oubliez pas dans votre précipitation les quelques robes exposées en face, au musée d’Art moderne (pour envoyer les visiteurs au palais Galliera qui vient de rouvrir ? Pour donner gratuitement le goût d’un couturier pas si connu ?). Et même : commencez par là, le palais Galliera étant dépourvu de vestiaire.
 

 

Quatre robes

Au milieu, la robe momie aux coups de fouet ; à gauche, au fond, une robe de mariée bordée d’œillets ; à droite, une robe qui me rappelle celle, bleue, du célèbre solo de Martha Graham.

Robes de soirée

Photo de Marc Verhille pour la mairie de Paris
La noire de gauche et la violette (oui, c’est violet, en vrai) du fond ! 

 

Trois robes courtes, photo Pierre Antoine

Photo de Pierre Antoine
Les ouvertures sur le côté pour la jupe du milieu et le tablier revisité à droite…

 

Veste cintrée

Photo d’Alain Truong

Robe bâti

Copyright Azzedine Alaïa
Robe à zip avec les fils du bâti 

 

Robe cellulose

Photo de Garance Doré
J’ai nommé : la robe-cellulose ! Mais si, rappelez-vous ce bout d’oignon observé au microscope au collège ! 

 

Robe cellulose (détail)

Photo d’Alain Truong
La robe-cellulose, détail

Robe bustier crocodile

Copyright Azzedine Alaïa
Rober-bustier en queue de crocodile 

Queue de pie croccodile

Photo de Robert Kot, copyright Azzedine Alaïa
La queue de pie en crocodile (il ne fait vraiment pas bon être un crocodile auprès d’Alaïa) 

  

À lire, une interview conjointe du directeur du palais Galliera et d’Azzedine Alaïa.

2 réflexions sur « Le couturier qui travaillait les femmes au corps »

  1. Petite précision: pour les boulimiques. de mode, il y a aussi une expo armani au palais de tokyo, par contre, aucune idée de la date de fin. En plus c’est gratuit!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × trois =