Le Journal d’une femme de chambre, d’Octave Mirbeau

Une créature céleste diminuée par sa condition de femme de chambre et voici Célestine, aussi bâtarde que la focalisation de son journal, interne et haute en couleur par la narration*, externe par rapport à la société d’alors. Les dessous des maîtres sont étalés et, malgré leur amour de soie, leur lingerie morale n’est pas des plus propres. D’anecdotes piquantes en humiliations mordantes, Célestine fraye avec les bassesses des grands et moins grands de ce monde, lisière fangeuse où l’homme du peuple mal dégrossi retrouve l’humanité qui lui a été déniée de main de maître. On voit comment les élans de pitié peuvent rapidement se muer en haine lorsque l’on n’a plus la force de l’indifférence pour les mépriser également, ni celle de l’insouciance pour en rire. Célestine, de bonne nature, se divertit comme elle peut de leurs ridicules, jusqu’à l’écœurement. Et pour conserver un semblant de dignité, se donner l’illusion d’une revanche, elle agit parfois contre ses intérêts, dédaigne une place assurée pour prendre la placeuse en flagrant délit de proxénétisme et crache ses quatre vérités à la tête d’une maîtresse dont elle a relevé, jour après jour, les vices et les mesquineries. À patauger dans la boue, elle y voit parfois de l’or et l’on aperçoit alors la curieuse alliance de l’innommable et de l’admirable dont Genet a fait plus tard le centre de son art. Peut-être est-ce ici simplement dû à ce que l’amour, dès qu’il est physique, n’est plus considéré que comme un vice, fût-il revendiqué. De là à concevoir l’amour du vice et l’étendre au vol, viol et meurtre…

Sous la plume de Mirbeau, passent les scènes… Drôles ou effrayantes, c’est tout la société qu’elles mettent à nu et à vif, société d’une époque (portraits de Déroulède, antisémitisme autour de Dreyfus, cléricalisme contre l’école laïque… welcome back dans le programme de khâgne) et société humaine, trop humaine.

 

* La langue littéraire de Mirbeau a parfaitement su rendre le ton de la femme de chambre (qui se pique certes d’être un peu plus élevée que la moyenne de ses compagnes – cela aide à rendre plus crédible l’idée même du journal) sans prendre un tour argotique. Une surprise, cependant, lorsque Célestine arrive dans une maison où l’on est à la coule : j’ai cru faussement à quelque anglicisme cool.  

2 réflexions sur « Le Journal d’une femme de chambre, d’Octave Mirbeau »

  1. Vous pouvez compléter votre lecture par le film de Renoir du même nom qui est moins caustique que le livre mais ressemble plutôt à une comédie théâtrale légère.

    Sinon, Bunuel a également écrit une adaptation assez mordante et fidèle à l’esprit de Mirbeau.

    Ainsi, vous pourrez comparer les films tout en dansant dans votre salon. On ne sait jamais.

    1. J’essayerai d’y penser la prochaine fois que je me retrouverai au milieu de rayons DVD. Et si je ne les trouve pas tous deux, tant pis, j’éviterai de me cogner les pieds dans la table basse en verre en ne sachant pas sur lequel danser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 2 =