Le palais Garnier en pain d’épices

Lorsqu’on donne un opéra de Wagner ou de n’importe quel autre compositeur du même acabit, l’Opéra sait que les places seront vendues et les mélomanes s’habituent à se voir ponctuellement infliger des mises en scène insipides voire franchement laides (Wozzeck, Siegfried). En revanche, il semblerait que lorsque l’on programme des compositeurs considérés à tort ou à raison comme secondaires, moins connus ou pour les plus jeunes (La Petite Renarde rusée, L’Enfant et les Sortilèges, Hänsel et Gretel), la mise en scène revienne au centre des préoccupations pour divertir le grand public, évidemment incapable de n’apprécier que la seule la grande musique. Si faire partie grand public permet d’éviter les délires conceptuels de quelques démetteurs en scène et profiter d’un spectacle complet, alors il n’y a pas de problème, je suis prête à endurer le mépris des élites intellectuelles, je fais partie du grand public.

J’aime être surprise par une manœuvre de machinerie, fascinée par les lumières, émerveillée par des décors impressionnants et garder à l’esprit des images fortes qui s’impriment dans la mémoire jusqu’à faire partie de l’imaginaire de l’opéra. Mieux encore : j’aime qu’on me fasse voir ce que je n’avais pas entendu dans la musique – le Capriccio de Carsen est un sommet, dans le genre. Dans un tout autre registre, Hänsel et Gretel fait partie de ces soirées où les yeux n’ont pas à jalouser les oreilles, ravies par la partition très riche mais jamais lourde d’Humperdinck (comme un bon gâteau, en fait). On y retrouve les trois ingrédients d’une mise en scène réussie.

 

 photo hansel 3 tableaux.jpg


Un dispositif ingénieux : la maison de poupée

En éclatant l’espace, Mariame Clément (mise en scène) et Julia Hansen (décors) ont donné une dynamique à une mise en scène par ailleurs relativement statique. L’espace scénique est utilisé dans toute sa hauteur, divisé en quatre pièces qui fonctionnent de manière symétrique : le séjour est à l’étage et la chambre des enfants, en bas, mais le fantastique apparaît plus volontiers côté cour tandis que le côté jardin conserve le principe de réalité. Plus volontiers car, comme dans tout conte qui se respecte, rêve et réalité ne sont pas hermétiques : le rêve éveillé fait tout aussi peur qu’émerveille la réalité fantasmée. Au milieu de ces deux espaces qui se répondent, la forêt joue le rôle du miroir : il faut, comme une épreuve, la traverser pour affronter ses peurs et ses désirs.

Le seul problème de cette mise en scène n’est pas à chercher du côté de la scène mais de la salle – à l’italienne : les trois quarts de la salle manquent cruellement de visibilité, le centre et l’avant-scène étant rarement utilisés. Avec un Pass jeune au parterre, c’est en revanche très efficace. Le dédoublement de l’espace permet en outre de doubler les chanteuses (Hänsel est interprété par une femme) par des enfants. Chacun dans sa boîte à chaussure géante, le ridicule de l’infantilisation est évité. Conscients de leur rôle, les enfants sont d’ailleurs sérieux comme des enfants qui jouent, aussi sérieux donc – et touchants – que les chanteuses, qui semblent retrouver les chamailleries de leur enfance.
 

 photo hansel_gretel_gateau.jpg

 

Des visuels marquants : l’imaginaire au pouvoir

Imaginez un peu : la chambre devient une forêt sitôt que l’on a décoré ses murs de sapins et le-monstre-du-placard (ma cousine avait un monstre-sous-le-bureau) fait surgir sa grosse patte velue de sous le lit.

Envoyés dans ladite forêt cueillir des fraises par une mère fatiguée de leurs singeries (les fraises poussent sur les sapins, enfin, c’est évident), le frère et la sœur tombent sur un gâteau géant – le même auquel on leur avait interdit de toucher, en plus grand, en beaucoup plus grand, en maison de sorcière, laquelle apparaît alors que les enfants se sont mis à grignoter son toit (et il y avait apparemment de la vraie chantilly dont les chanteuses se sont léché les doigts – je les aurais bien rejointe pour grignoter un bout, en ma qualité de souris). Imaginez un peu vous promener sur un gros gâteau avec des couches aux couleurs radioactives, telles que vous les dessiniez enfant. N’est-ce pas le rêve ? Et le cauchemar (de Ron) : l’araignée géante, dans la pièce où la sorcière a enfermé Hänsel jusqu’à ce qu’il soit mature (le doigt, hum, est-ce vraiment un doigt qu’elle tâte ?).

Quelques scènes suffisent à faire ressortir la dimension sexuelle des contes : j’ai trouvé particulièrement réussis ces vêtements suspendus dans tout l’espace du séjour, comme figés au moment où les parents les ont fait voler à travers la pièce – contrepoint à la myriade de ballons multicolores…


Une lecture intelligente : psychanalyse des contes de fées

Lorsqu’on a un père vendeur de balai, il n’est pas très difficile d’imaginer la (belle) mère en sorcière qui aime à le chevaucher – quitte à envoyer les enfants dans la forêt pour avoir la paix. Bien que la sorcière soit identifiée par les parents comme une tierce personne (la sorcière d’Ilsenstein, interprétée par une autre chanteuse), c’est donc sous les traits de la mère qu’elle apparaît. Le chemisier et la longue jupe sages sont rapidement abandonnés au profit d’une robe à paillettes pour une scène style music-hall où c’est clair : la sexy sorcière est prête à dévorer les enfants de son appétit de cougar. Surtout Hänsel, évidemment, Gretel n’ayant le droit de goûter à rien, seulement de servir les plats. Heureusement, les enfants, plus en âge de manger du pain d’épice que d’en devenir aux yeux des autres, laissent la sorcière de consumer de désir en la poussant dans le four, tellement heureux de ce qu’on lui a fourré qu’il explose dans une pluie de paillettes. Sauvés de la petite mort, Hänsel et Gretel peuvent retourner grandir, fêter leur anniversaire et dévorer le gâteau auquel ils ont maintenant droit.

Autant vous dire que, ne m’étant jamais retournée sur ce conte, je n’y avais jamais vu cette dimension-là. Je suis sûre d’ailleurs que les enfants présents dans la salle ne l’ont pas vue non plus : elle n’est pas assez cachée pour qu’on puisse l’y déceler. L’effacement des frontières entre le réel rêvé et la réalité fantasmée que présente ce double niveau de lecture a en outre l’avantage de dissiper les incohérences du livret : la famille vit dans un intérieur bourgeois, où les attend un gros gâteau, et les enfants souffrent de la faim ? Ils sont gourmands et contrariés par les interdits des adultes. La gentille (belle) mère est méchante ? Elle a oublié quelques instants d’être mère pour avoir voulu être femme. Le merveilleux ? Les enfants étaient au lit. Et il n’y a pas à dire, cet opéra était un beau rêve.

Mit Palpatine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + 9 =