Le réel est torturé

Pourquoi n’invoque-t-on le réel que sous la caution de la laideur et de la souffrance ? Depuis la laideur pittoresque d’une femme en caleçon Addidas rose, jupe informe bariolée, sabots aux pieds, jusqu’à la souffrance des corps tziganes en camps de concentration, le réel d’Israel Galván n’est que bruit et brouillard – épave de piano que l’on frappe, caisses de bois sur lesquelles on tape, torse et mollets que l’on claque. Le violon se prend pour un chien haletant, la trompette pour une sirène stridente et l’on méprend des poutres d’acier pour des instruments grinçants. Quant aux chants, ils m’obligent à constater ce paradoxe : je suis attirée par la danse flamenco tout en étant rebutée par la culture dans laquelle elle s’inscrit. Les pieds et les mains tapent puissamment – sur les nerfs. Je voulais voir et j’ai entendu. On en veut décidément à mes oreilles.

Même le corps du danseur a quelque chose de dissonant. Ce n’est pas la maigreur ; quelque chose me gêne, qui me gêne aussi dans les représentations du Christ : ce sont les côtes, je crois, que la tête et le bassin lâchés projettent vers l’avant, béantes comme le boléro d’un toréador défait. À terre, il se métamorphose en insecte, qui se débat pieds et mains. Debout, ses jambes, fines, nerveuses, font montre d’une puissance qui jamais n’entre en séduction. C’est l’affaire des femmes, d’une Carmen parachutée là entre deux réclames publicitaires balancées par une grosse bonne femme dont les doigts potelés s’agitent comme les mains d’un nourrisson. Juste avant que les poutrelles métalliques ne soient à nouveau manipulées, enrayant par leur grincement cru tout pathos – l’insupportable sonore remplace l’insoutenable moral.

Heureusement que pétaradent les pieds virtuoses du danseur alors que tout espoir d’apprécier le spectacle est bien vite piétiné. Pourquoi, après des années à trouver guichet clos, ai-je obtenu une place pour ce spectacle d’Israel Galván ? Ces temps-ci, mon karma culturel me pousserait à abandonner toute tentative de découverte pour me replier sur le réel enchanté de la balletomanie. Je crois que je vais m’en tenir à Giselle. C’est bien, Giselle, non ?

Palpatine est tellement d’accord qu’il m’a piqué ma chute dès l’introduction.

3 réflexions sur « Le réel est torturé »

    1. Ah! je suis contente de vous lire! En effet, pourquoi le réel ne serait-il que laideur et tristesse? Marre des souffrants! un peu de joie! de grâce pour la beauté, oui! Merci Mimy!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − 12 =