Les Saveurs du palais


Les Saveurs du palais est le genre de film où la simplicité et l’authenticité triomphent de l’establishment  – ou du moins y opposent une noble résistance. Au menu : soupe à la grimace du chef de l’Élysée en entrée, fricassée de sourires et de sourcils froncés en (bon petit) plat, selon une recette d’Hortense Laborie, grand-mère de substitution pour le président, et Saint-Honoré à la crème mémé dégusté loin de la rue éponyme – dessert antarctique. Le bon sentiment est l’ingrédient de base, mais, servi par Catherine Frot, il est bien cuisiné, en toute simplicité – même s’il s’agit d’une simplicité de collier de perles. Il faut voir la complexité de préparation du chou farci au saumon ou le raffinement de la tartine de truffe préparée au débotté, pour le président descendu aux cuisines en catmini.

 

Des plats aux noms incompréhensibles, forcément…

 

La « cuisine simple » qu’il réclame à Hortense Laborie, laquelle ressemble davantage à une bourgeoise de province qu’à une mère de famille, est une manière d’en appeler aux terroirs pour exiger « le meilleur de la France ». On n’est pas dupe mais qu’importe, nos papilles prennent plaisir par procuration. La tarte aux fruits rouges et brisures de pistache, en particulier, m’a eu l’air tout à fait miamesque – presque autant que le commis qui l’a préparée. 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit + 9 =