Maleficent, quite efficient

Disney met Maléfique plutôt qu’Aurore à l’affiche et tout le monde attend une Belle au bois dormant dark. Malgré les batailles et la coiffe noire d’Angelina Jolie, la relecture reste néanmoins souriante. Avec une méchante fée qu’Aurore n’a aucun mal à prendre pour sa marraine, on a tôt fait de se dire que, chez Disney, même les méchants sont gentils. Cette pointe de bonté au sein de la malfaisance (ou l’inverse) est pourtant la goutte d’eau qui transforme le tout-blanc tout-noir en yin et yang.

Plus de personnages de bonne ou de mauvaise nature mais la nature humaine, pour le meilleur et pour le pire : c’est la vengeance qui transforme Maléfique, ex-petite fée cornue choupie, en sorcière aussi puissante que malfaisante, après que Stéphane, ex-chenapan ensorcelé par les beaux yeux de Maléfique, lui a coupé ses ailes, mu par l’envie de devenir roi. Et si l’axe du mal dévie peu à peu de Maléfique au roi Stéphane, c’est que ce dernier, corrompu et mégalomane, s’enferme dans une paranoïa qui le prive définitivement de toute chance de rédemption, tandis que la mauvaise fée se laisse toujours davantage attendrir par Aurore. Bonté et niaiserie se confondent chez la ravissante jeune princesse (Elle Fanning, toujours parfaite), tout comme chez son prince, sorte de Siegfried-Disney qui ne peut du coup pas dé-niaiser / réveiller la princesse en l’embrassant. Seul un baiser d’amour sincère peut annuler le sort jeté par une Maléfique bafouée et l’on ne transige pas, quitte à admettre que le prince charmant ® n’existe pas. La mort du prince charmant, si ce n’est pas une révolution, ça… Le jeune prince n’aura droit de cité qu’une fois Aurore réveillée (je l’avais vu venir gros comme une maison)… par un baiser d’amour maternel posé sur son front .

Les contes de fées ne sont plus ce qu’ils étaient ? C’est sûr qu’entre les effets spéciaux qui piquent les yeux, les scènes pas toujours très bien ficelées et les emprunts qui sentent la consanguinité entre studios d’animation (genre on a fait des boutures d’Avatar1), on peut avoir la nostalgie des bons vieux Disney de son enfance. Mais ce sont ces bons vieux Disney qui nous ont fait oublier que dans les classiques qu’on n’a pas rouvert depuis une éternité, à peu près tous les personnages en prennent pour leur grade. Si, à défaut de sortir des sentiers battus, Maléfique sort du manichéisme, c’est déjà ça, non ?

Mit Palpatine

 

1 Un article de Rue 89 déplorait récemment la disparition de la nature dans les dessins animés de Disney. Contre toute attente, elle est assez présente dans Maléfique… tant que l’on ne s’aperçoit pas que les plantes et créatures lumineuses ont, comme dans Avatar, tout d’une nature arrosée par la fée électricité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 1 =